Albanie – Theth, entre loi du sang et merveilles naturelles (III)

Dans Albanie un billet écrit par Christine le 7 mai 2017

 

 

Retour en Albanie.  Après avoir marché plusieurs heures et franchi un col à 1’800m. d’altitude, nous voila à Theth, un des villages les plus isolés d’Albanie. C’est à la découverte de celui-ci, de ses coutumes ancestrales et de ses environs splendides que je vous convie aujourd’hui.

Nous sommes arrivés à pied à Theth, mais il est aussi possible pour ceux qui n’auraient pas envie d’user leurs semelles de se rendre dans  la vallée en véhicule. Attention toutefois ce n’est pas moins sportif que l’option pédestre ! Pour y parvenir, il n’existe qu’une seule route non asphaltée, en fait plutôt une piste forestière qui serpente à flanc de montagne, étroite et par endroits complétement défoncée. Inutile de dire qu’elle est dangereuse, comme en témoignent les croix qui la jalonnent. A moins d’être un as de la conduite tout terrain et d’avoir un véhicule robuste, mieux vaut oublier l’idée d’y aller seul avec une voiture de location. On peut emprunter des minibus qui desservent la vallée au départ de Shkodra (ils ne partent que s’ils ont suffisamment de personnes à bord) ou recourir aux services de certains propriétaires de chambres d’hôtes qui proposent de venir chercher leurs clients.

 

 

 

« Je crois qu’aucun lieu dans le monde foulé par l’homme ne m’a jamais donné un aussi grandiose sentiment d’isolement »

                                                                                                                         Edith Durham (journaliste britannique) décrivant Theth dans les années 1900.

 

 

 

En allant à Theth, ne vous attendez pas à trouver un village au sens où on l’entend chez nous, avec une place centrale, des ruelles, des commerces et des cafés.  Il s’agit tout au plus d’un hameau, composé de quelques habitations disséminées, rectangulaires en pierre couvertes de toit de tuiles plates, de  bois ou de tôle. Moins de 100 habitants y résident à l’année. Des maisons d’hôtes ont certes poussé ici ou là grâce à l’afflux récent et très relatif de visiteurs et l’école a réouvert ses portes mais il n’y a aucun magasin (le premier commerce est situé à deux heures de route) ni restaurant. En hiver s’il neige, la vallée est totalement coupée du reste du pays. C’est du reste cet isolement qui a conduit à sa création au 17ème siècle par des Albanais catholiques qui souhaitaient préserver leurs coutumes.  Il est l’un des rares villages qui fut et qui demeure à majorité catholique.

 

 

 

 

La tour d’isolement (à droite)

Nous sommes ici au coeur du Dukagkjin, une terre qui doit son nom à un prince albanais du 15ème siècle auquel on attribue la paternité du Kanun. Ça ne vous parle pas forcément mais si je vous dis dettes de sang, vendetta, enfants captifs, trêve, honneur retrouvé peut-être comprendrez-vous mieux. Le Kanun est un ensemble de lois coutumières qui, à défaut de pouvoir supprimer les règlements de compte entre clans et familles, régit les modalités de la vendetta. D’une manière très raccourcie, on peut dire qu’en vertu de ce code ancestral, chaque vie humaine se rachète par une autre, choisie dans la famille de l’agresseur. C’est oeil pour oeil, dent pour dent! A Theth, nous avons visité la tour d’isolement, un bâtiment qui joue un rôle clé dans cette tradition du Kanun. Le nord de l’Albanie en comptait beaucoup mais celle-ci est l’une des rares à avoir résisté aux destructions de l’ère communiste. Le rez-de-chaussée de cet édifice très rudimentaire ne compte aucune autre ouverture qu’une imposante porte. On accède au premier étage au moyen d’une échelle que l’on retire aussitôt pour grimper au second étage. Des meurtrières permettaient de surveiller les environs et de tirer sur les étrangers qui s’approchaient de la tour. Son propriétaire, un authentique descendant du prince Dukagjin, nous a expliqué que les criminels de sang pouvaient y trouver refuge pendant quelques jours, le temps que leur famille qui faisaient l’objet d’une vendetta règle leurs différends avec la famille offensée. Si aucun accord n’était trouvé, le coupable avait trois jours pour fuir avant que le clan adverse se lance à sa poursuite.

 

« La fameuse formule que les vivants ne sont que des morts en permission dans cette vie trouve dans nos montagnes sa pleine signification»

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Ismaïl Kadaré, Avril brisé

 

La tour n’est plus utilisée de nos jours, mais cela ne signifie pas pour autant la disparition de cette loi moyenâgeuse qui s’avère malheureusement beaucoup plus forte que les codes de l’Etat. Depuis la chute du régime communiste (en 1992), elle a même fait un retour en force inattendu. Aujourd’hui, les familles poursuivies préfèrent se terrer chez elles ou fuir à l’étranger. Dans un rapport d’avril 2016, le médiateur de la République albanaise estimait que «66 familles de 157 personnes, dont 44 enfants, restent cloîtrées», dont 57 familles près de Shkodra. Dans nos sociétés modernes, à deux heures à peine d’avion de ce petit bout d’Europe, on peine à comprendre ces rites impitoyables. Ce n’est que lorsqu’un homme, fuyant ses montagnes reculées et les coutumes qu’il a violées, est assassiné près de chez nous que l’on prend la mesure de ces traditions.

 

 

Mais laissons là les sombres aspects de la culture albanaise pour profiter du soleil et des paysages somptueux de la région qui, déjà au temps du communisme,  attiraient les amateurs de nature sauvage et de grand air. Le parc national de Theth qui s’étend sur près de  2’300 hectares offre de nombreuses possibilités de randonnée dans un cadre grandiose. Entre cascades, canyons et sources jaillissantes, on n’ a que l’embarras du choix.

 

 

Notre balade commence le long de la rivière Shala, sur une piste caillouteuse. Il fait chaud mais contrairement à la veille, nous n’avons pas à grimper. Les amateurs de tranquillité apprécient, à part quelques moutons, quasiment personne ne vient troubler la quiétude des lieux.

Après 2,5 heures de marche, nous pensons être au bout de notre effort et avoir atteint notre but en apercevant un bassin d’eau turquoise mais cette piscine naturelle créée par le débit de la  Rivière Noire à Ndërlyse n’est qu’une première étape.  Après nous être désaltérés dans  la petite buvette qui jouxte le plan d’eau, nous nous engageons dans la vallée étroite de Kaprej sur un petit sentier nettement plus escarpé que le chemin parcouru jusque là.

Piscine naturelle de Ndërlyse

La source de l’oeil bleu est un secret bien gardé difficile à dénicher sans guide. Après une grimpette d’une quarantaine de minutes (on peut faire plus vite mais il faisait chauuuuud), l’émerveillement est à la hauteur de l’effort consenti. Nous découvrons enfin la source, joyau turquoise niché dans un écrin de verdure.

La source de l’oeil bleu

Le lieu est enchanteur et nous en met plein les yeux. Ici pas de parking, de béton, de marchands de glace et de souvenirs kitch comme on a l’habitude d’en voir à proximité de sites d’exception, juste quelques aménagements sommaires mais astucieux comme cette plateforme de branches posée sur un rocher.

L’eau cristalline est une invitation à la baignade mais avec ses 8 petits degrés, je défie quiconque d’y tremper autre chose que la pointe de l’orteil.

 Des terrasses en branchages construites dans les arbres à l’aplomb de la vasque turquoise offrent aux randonneurs un lieu de pic-nic privilégié.

et un peu plus loin, une cahute fait office de  « buvette ».

L’espace de quelques heures, je me suis imaginée Robinson dans son paradis, loin de la civilisation et de son incessant tumulte. Peut-on rêver plus idyllique? C’est le genre d’endroits que l’on a envie tout à la fois de montrer pour dire « regardez, il existe encore des sites merveilleux pas loin de chez nous, authentiques et préservés » mais aussi de garder secrets, très égoïstement, pour leur éviter d’être abîmés par une fréquentation excessive. Qu’en adviendra-t-il d’ici quelques années? Une route sera-t-elle construite pour permettre à des cars de déverser leur lot de touristes à longueur de journée? Des restaurants viendront-ils remplacer la cabane de bois? J’ose espérer que les Albanais auront à coeur de développer un tourisme durable et respectueux de l’environnement pour sauvegarder la magie d’un tel lieu.

Pour terminer, parce que j’aime aussi partager mes découvertes littéraires, je vous recommande chaudement « six fourmis blanches« , un polar de Sandrine Colette où les montagnes du nord de l’Albanie jouent un rôle central. Ce roman à deux voix, habilement construit et très bien écrit, mêle suspense et rebondissements dans ces vallées méconnues où les rites ancestraux rendent l’atmosphère mystique, quasi fantastique.

Back to Main Content

20 Responses to “Albanie – Theth, entre loi du sang et merveilles naturelles (III)”

  1. Anne dit :

    Bonjour Christine,
    Il semble en effet qu’il vaille mieux se concentrer sur les paysages qui sont magnifiques!
    C’est très dépaysant, vraiment. Et pourtant si proche.
    Bonne semaine.

    • Christine dit :

      Bonsoir Anne,
      Le dépaysement est total et je te rassure, sur place, nous n’avons rien remarqué de ces sombres traditions. Les gens étaient très accueillants. Bonne soirée Anne:-)

  2. Mireille dit :

    merci Christine pour cette suite de voyage !.. Toujours aussi superbe !… Et je revois nos souvenirs…

    • Christine dit :

      Ah Mireille, en préparant ce billet, j’ai eu la nostalgie de notre séjour. Ce fut un beau voyage vraiment ! Bonne soirée à toi.

  3. L’endroit est superbe, vraiment isolé et il est clair que ce genre d’endroits sera de plus en plus rare. L’isolement des populations permet de découvrir des traditions préservées, c’est toujours instructif.
    La source de l’oeil bleu est superbe, j’espère qu’elle sera préservée encore longtemps. Là, il faut une bonne marche pour y arriver, comme en montagne même en France, on a toujours ce sentiment de satisfaction quand on a grimpé pendant des heures, ça se mérite ce genre d’endroits ! 🙂

    • Christine dit :

      C’est le genre d’endroits qui m’attirent de plus en plus, loin des hordes touristiques. Et dans un tel décor que demander de plus même s’il faut faire un petit effort physique, qui n’a rien d’insurmontable. Merci de ta visite Anne et à bientôt.

  4. cécile dit :

    Bonjour Christine, beau billet qui nous a mené du frisson d’angoisse à l’admiration de la beauté d la nature. Souhaitons effectivement que ce site reste préservé.

    • Christine dit :

      Bonsoir Cécile,
      Les paysages somptueux de cette région « rachètent » en effet ces sombres traditions dont on peine à prendre la mesure en tant que touristes. En été, cet endroit est tout à fait riant mais je me demande bien à quoi il ressemble en hiver… Belle soirée Cécile.

  5. donlope dit :

    Bonjour Christine,
    Ton récit est passionnant, bien que assez hallucinant dans un pays Européen. En ce qui concerne les paysages, je suis sans voix! Le contraste entre ces petites maisons de pierre et la majesté des montagnes alentours est saisissant! Et le bleu de cette eau, c’est sublime!
    Je garde l’idée du roman dans un coin de la tête, j’aime bien les romans policiers qui en plus font voyager dans une culture différente.
    Bonne semaine!

    • Christine dit :

      Bonsoir Donlope,
      Comme on dit chez moi, j’ai réellement été « déçue en bien » par l’Albanie. Je connais bien et apprécie les paysages montagneux mais ceux-ci ont un petit quelque chose de différent et sont surtout encore très authentiques. ça m’a beaucoup changé des Alpes très « colonisées ». Et pour le bouquin, n’hésite pas, dès que je lai commencé je ne l’ai plus laché ;-). Belle soirée.

  6. Marie dit :

    Bonsoir Christine,
    Ton récit et tes belles images me donnent des envies d’évasion, je partirais bien en ballade en Albanie moi aussi, 😉
    Cet endroit semble authentique et la nature y est vraiment belle et préservée.

    • Christine dit :

      Coucou Marie,
      Et bien moi j’y retournerai très volontiers 😉 tellement c’était beau. C’est pas loin en plus, alors n’hésite plus… A bientôt.

  7. Bonjour ma très chère cop’s !
    Merci pour ce beau récit ! Brrrr, il donne des frissons !
    Mais dis-moi, j’ai quand même une question … Dans un lieu aussi isolé, comment la population, aussi peu nombreuse, fait-elle pour se renouveler ? Y a-t-il des jeunes ? Tu dis que l ‘école a rouvert. Ca veut dire qu’il y a un/une enseignant qui accepte de vivre aussi reclus, que des jeunes parents ont décidé de s’installer là ? Parce que je pense aux mois d’hiver qui doivent être vraiment longs. Est- ce que les gens sont connectés au monde ? Ton aventure t’a mené dans un village vraiment singulier au coeur de l’Europe !

    Sinon, j’ai vraiment un problème avec ta newsletter, elle n’arrive pas … et aujourd’ui comme les autres fois je suis arrivée chez toi par curiosité pour voir s’il y avait du nouveau… Bon, je vais essayer de me réinscrire avec une autre adresse mail. J’espère que ça va marcher !

    Bises ma belle !!!

    • Christine dit :

      Coucou Laurence,
      C’est vrai que ces traditions font frémir. Ismaïl Kadaré en a fait un roman: « Avril brisé » mais je n’ai pas le courage de me lancer dans une telle lecture tellement c’est noir…. Tes questions sur le quotidien des habitants de ce village sont très pertinente mais je ne peux malheureusement pas y répondre malgré toutes mes recherches. J’ignore le nombre d’enfants qui fréquentent cette école. Je n’en ai du reste pas vu énormément durant mon bref séjour à Theth mais comme ce n’est pas vraiment un village au sens où on l’entend chez nous, il est possible qu’ils se trouvent dans des demeures isolées et disséminées dans les montagnes. En juillet c’était les vacances donc l’école était fermée. Quant aux habitants, ils ne sont pas complètement coupés du monde. Dans notre guest house par exemple, il y avait le wifi.

      Enfin cette newsletter me rend chèvre. Mon plug in continue d’envoyer deux newsletters par articles publiés sans que je fasse quoi que ce soit et que je comprenne le pourquoi du comment…. Et je ne comprends pas non plus pourquoi il te vire chaque fois des destinataires 🙁

      Bisouilles ma cocotte et merci de ta visite dans ce petit coin reculé d’Europe ,

  8. Isa dit :

    Bonjour Christine,
    Quel beau décor ! Je suis séduite par ces terres sauvages, isolées et peu peuplées que tu nous décris. Tes photos font rêver et donne envie de cheminer (bientôt les vacances 😉 )
    J’aime aussi les photos portrait, ces personnes expriment à la fois la rudesse et le bonheur d’une vie dans ce lieu retiré. Leur regard est émouvant.
    A bientôt Christine

    • Christine dit :

      Bonsoir Isa,
      Les deux personnes que j’ai prises en photo étaient réellement adorables. L’homme n’en revenait pas que je veuille le photographier et s’est prêté avec une infinie gentillesse et beaucoup de timidité à mon objectif. Quant à la dame, c’était la gardienne du « musée éthnographique » de Theth, Il s’agissant juste de deux pièces très sombres et quasiment vide dans une vieille maison de pierre. Lorsqu’elle nous a vus nous approcher du bâtiment, elle est arrivée en courant et s’est mise à parler à toute vitesse en nous montrant divers objets. Elle était tellement fière, c’était très touchant. Merci de leur avoir prêté attention. Et si tu prends le chemin de l’Albanie pendant tes vacances, je suis sûre que tu seras à ton tour séduite.
      A bientôt Isa.

  9. Polina dit :

    Plus je regarde ces photos, plus je me dis que ce sera ma prochaine destination :).

    • Christine dit :

      Alors n’hésite plus, prends un billet pour Tirana 😉 Que ce soit le nord du pays ou d’autres régions plus au sud que ne montrerai bientôt, il y a de quoi passer un très beau séjour. Merci de ta visite Polina et belle soirée.

  10. La nature nous réserve encore de belles surprises, un vrai paradis ! Pourtant, honnêtement, nous nous voyons mal y vivre, si loin de notre monde, et avec de telles traditions. Mais la beauté est là !

  11. Laurence dit :

    Waouh, c’est juste passionnant ! Tu sais que par certains côtés (pas les plus sinistres heureusement), cette vallée me fait beaucoup penser à la vallée d’Aspe ou la vallée des villages engloutis de l’autre côté de la frontière. C’est resté extrêmement sauvage avec des hameaux de quelquses habitations, presque abandonnés … un peu trop pour ceux qui y vivent et dont le nombre se réduit d’année en année …
    Je note pour le polar mais je suis en train de lire la trilogie mongole de Ian Manook …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content