Chasseurs d’emploi

Dans expositions-publications un billet écrit par Christine le 13 novembre 2016

Il y a quelques semaines maintenant que l‘exposition a fermé ses portes. Il est temps pour moi de revenir sur cette expérience et de vous présenter ma série photographique.

Comme je vous l’ai dit dans mon précédent billet, le thème proposé par le Service public de l’emploi (regards croisés entre chômage et marché du travail) était délicat et ne m’a pas d’emblée parlé.  Je ne voyais pas vraiment comment l’empoigner et le mettre en image. Mais malgré mes doutes et mes inquiétudes, j’avais très envie de me tester et pour utiliser une expression à la mode, de sortir de ma zone de confort.

Après avoir bien réfléchi aux différentes manières d’aborder le sujet, j’ai finalement opté pour un reportage et me suis mise à la recherche de chômeurs avec lesquels collaborer. A l’Office régional de placement de mon district, j’ai eu la chance de rencontrer deux personnes courageuses et généreuses qui ont tout de suite accepté de participer à mon projet. Je parle bien de courage, car il en faut pour accepter une telle proposition, tant il est vrai que les gens se montrent aujourd’hui très réticents à se laisser photographier en se retranchant derrière leur droit à l’image et à la protection de leur personnalité. Il en faut d’autant plus dans le cadre d’une démarche comme la mienne qui révèle aux yeux de tous leur condition de chômeur. Isabel et Granit, les deux protagonistes de mon reportage, ont également fait preuve de beaucoup de générosité en me laissant entrer dans leur vie et dans leur famille. Au fil des mois, ils ont partagé avec moi en toute sincérité leurs préoccupations, leurs espoirs, leurs joies et leurs déceptions aussi.  Au cours du printemps et de l’été, je les ai suivis dans leur quotidien et ai appris à les connaître. J’ai été particulièrement frappée par leur attitude pro-active. Non seulement tous deux se battent pour retrouver un emploi mais ils mobilisent également toute leur énergie pour ne pas se retrouver en marge de la société. L’image du chômeur qui attend passivement le versement de ses allocations a fait long-feu. Aujourd’hui Granit et Isabel démontrent qu’ils sont de véritables chasseurs d’emploi. Vous trouverez ci-dessous la présentation de ma série, les photos ainsi que les légendes qui les accompagnent. J’espère qu’à travers ce reportage vous serez autant touchés par leur histoire que je l’ai été.

***

Dans la société actuelle dominée par le profit et la performance, les préjugés pesant sur les personnes sans emploi ont la vie dure. Trop souvent le chômeur est perçu comme une personne inactive, déprimée, voire même comme un profiteur n’ayant rien à faire de ses journées.

A travers ce travail photographique, j’ai voulu tordre le cou à ces clichés et montrer, en suivant une femme et un homme d’âge et aux parcours différents, que ne pas avoir d’emploi fixe ne signifie pas pour autant être un « fait-néant ».

Isabel, 52 ans, a longtemps été employée dans l’industrie carnée. Après plusieurs années, ne supportant physiquement plus de travailler en milieu réfrigéré, cette mère de deux jeunes adultes a été contrainte de quitter son emploi. Titulaire d’un certificat fédéral de capacité d’employé de commerce depuis trois ans, Granit, 24 ans, a totalisé plusieurs expériences professionnelles dans son domaine de compétence sans toutefois avoir la chance de décrocher un contrat fixe. Inlassablement, tous deux mettent toute leur énergie pour sortir de cet état de latence qu’est le chômage. Leur quotidien est fait de recherches d’emploi, d’entretiens avec leurs conseillers ORP (Office régional de placement) et de stages de plus ou moins longue durée. Durant leurs loisirs, ils sont tout aussi actifs puisqu’ils s’engagent bénévolement ou sportivement, autant d’activités qui les aident à préserver leur estime d’eux-mêmes et témoignent de leur volonté de rester connectés aux autres.

Double cliquer sur les photos pour les visualiser en grand

 

Aujourd’hui, tant Granit qu’Isabel ne sont plus inscrits au chômage mais on ne saurait réellement parler de happy end pour autant. Isabel m’a annoncé récemment avoir décroché un emploi à 30%. Le taux très modeste de cette nouvelle activité ne lui permet pas encore d’envisager sereinement l’avenir mais c’est une première étape qui lui redonne confiance en elle. Elle aimerait en outre suivre une formation d’aide soignante qui devrait lui permettre de trouver plus facilement un emploi fixe mais ses modestes moyens ne Suffisent pas pour financer ce cursus. Sa situation personnelle demeure compliquée et il lui faudra encore beaucoup d’énergie pour parvenir à s’en sortir. Quant à Granit, il espère que le fait de travailler dans un grand groupe alimentaire lui permettra à terme d’accéder plus facilement à un poste d’employé de commerce dans son administration.

 

 

Back to Main Content

21 Responses to “Chasseurs d’emploi”

  1. Pancho dit :

    Merci pour ce partage, pour avoir connu ces périodes d’incertitudes où l’estime de soi est difficile à conserver, ton approche est vraie, sobre et sans pleurnicherie. J’aime ça dans ce monde de pessimistes, tu montres juste la réalité et des personnes qui ne se laissent pas abattre. Ils ont eu la chance de te rencontrer (mais j’ai bien l’impression que l’inverse est vrai aussi 😉 )
    C’est 2 beaux portraits que tu nous dépeints. Bonne journée à toi

    • Christine dit :

      Bonsoir Pancho,
      Avant de commencer ce projet, j’ai cherché comment était illustré le chômage et les chômeurs. Bon nombre de photos que j’ai trouvées montrent des personnes abattues, assises à même le sol ou alors qui retournent les poches de leurs pantalons pour montrer qu’elles son vides. Le sujet n’est pas gai certes mais je n’avais pas envie de faire un reportage « dépressif ». Mais mon projet n’aurait pas pu aboutir si je n’avais pas rencontré Isabel et Granit car vraiment ce sont deux personnes qui envers et contre tout veulent aller de l’avant. J’ai bien entendu vu d’autres chômeurs mais le courant n’est pas passé aussi bien qu’avec eux. Je suis heureuse que ces images et cette démarche t’aient parlé et te remercie sincèrement pour ton retour. Belle fin de semaine à toi.

  2. Danielle dit :

    Merci Christine pour ton regard bienveillant porté sur ces deux chasseurs d’emploi – ce terme de chasseur s’impose en effet ! Ils sont courageux et déterminés et je leur souhaite de réussir pleinement. Tes photos pour traiter de ce douloureux état qu’est le chômage ne sont pas ordinaires, elles dégagent beaucoup d’émotion. Le regard d’Isabel avec la conseillère ou derrière la vitre qu’elle nettoie me touche vraiment tout comme celle de Granit au milieu de sa famille. Ils gardent l’un et l’autre le sourire et ce sont de beaux sourires.
    Encore une fois merci pour tous les chasseurs d’emploi qui sont rarement regardés et vus comme tu le fait avec ton reportage.

    • Christine dit :

      Bonsoir Danièle,
      Tu n’es pas la seule à avoir été touchée par les photos que tu mentionnes dans ton commentaire. Lors de son entretien avec sa conseillère, Isabel a montré beaucoup d’émotions différentes, il m’a été difficile d’en retenir une plutôt que d’autres. J’aurais pu tout aussi bien la montrer par exemple les mains sur le coeur, les yeux mi-clos et un sourire aux lèvres lorsqu’elle évoquait ses enfants… Le jour où elle nettoyait les vitres, il faisait une chaleur étouffante et son travail était vraiment très physique. Je me sentais presque coupable de juste la photographier pendant qu’elle suait à grosses gouttes. Malgré tout elle était contente de travailler. Ce fut une sacrée leçon pour moi! Quant à Granit, il a la chance d’être entouré par une très belle famille, soudée et aimante. Il m’ont accueillie avec chaleur, c’était très touchant. Je suis contente que ce reportage t’ait intéressée et te remercie d’avoir pris la peine de partager ton ressenti à ce sujet. C’est important pour moi de savoir comment cette série est accueillie.

  3. Danielle dit :

    fais et non fait … pardon

  4. Pascal dit :

    Tu t’en sors très bien avec un thème pas facile, bravo !
    On ne peut que souhaiter bonne chance à Isabel et Granit afin de retrouver un emploi qui correspondent à leur attente.
    Pour info, les photos se chevauchent si on a pas une résolution de malade (1920×1080 dans mon cas)

    • Christine dit :

      Hello Pascal,
      Merci de m’avoir signalé ce petit bug, j’ai diminué la taille des photos, ce devrait être mieux maintenant. Je te confirme que ce sujet m’a bien pris la tête mais au final je suis ravie d’avoir dû me pousser pour arriver à le traiter, ce fut une belle expérience. Et oui,on tient les pouces à Isabel et à Granit pour que la roue tourne dans le bon sens!

  5. Mireille dit :

    Merci Christine pour ton reportage, au coeur de l’humain ! Tu nous fais partager un peu de la vie d’Isabel et de Granit, en mots et en photos. On les suit avec toi… Et c’est vraiment réussi ! Bravo à toi !

    • Christine dit :

      Merci Mireille, tu as tout à fait raison , ce fut un vrai voyage au coeur de l’humain. Rencontrer des gens dans des situations difficiles qui continuent malgré tout de lutter est une vrai leçon de vie. On arrête du coup de se plaindre pour des broutilles! Belle soirée et à bientôt

  6. Dédé dit :

    Ce reportage et ces photos m’ont beaucoup touchée. Sans doute parce que j’ai aussi vécu des épisodes de chômage durant lesquels on se remet totalement en question. Je suis particulièrement touchée par le parcours d’Isabel qui, séparée maintenant, vit dans un petit logement. Malgré cela et malgré tous les tracas liés à sa précarité, elle trouve encore l’énergie et le courage de s’occuper d’autres personnes. C’est une belle expérience de vie.
    Bravo également à Granit qui continue lui aussi de se battre et de croire en ses valeurs.
    C’est une belle leçon de vie que vous partagez avec nous. Merci

    • Christine dit :

      Bonsoir Dédé,
      J’ai également été très touchée par Isabel. Granit est plus jeune, il est bien entouré par sa famille et peut envisager l’avenir avec plus de confiance mais Isabel est dans une tranche d’âge délicate et n’a pas de formation. Elle est volontaire et travailleuse mais cela ne suffit plus pour décrocher un emploi fixe. Son engagement en faveur des autres est tout à fait exceptionnel et méritait d’être souligné, je vous remercie de le faire. Je l’ai suivie un dimanche lorsque elle allait faire la cuisine pour des personnes démunies et j’ai été admirative de sa capacité à nouer des contacts et à s’intéresser à autrui, C’est une qualité rare!
      Je vous souhaite une très belle fin de semaine.

      • Dédé dit :

        Et j’aime particulièrement la dernière photo d’Isabel, le regard tourné vers le futur, qui, je l’espère pour elle, sera rempli de belles choses. J’espère également que ces deux personnes peuvent regarder ton blog et voir tous les messages d’encouragement qui sont ici ainsi que cette admiration de leur ténacité.

  7. Anne dit :

    Oh là là, c’est touchant, et chouette de leur part d’avoir accepté ce témoignage. Bravo pour le regard bienveillant que tu nous amènes à porter sur eux.

  8. Marie dit :

    C’est un exercice qui ne doit pas être évident à mettre en place, qui a dû nécessiter beaucoup de préparation, de mise en confiance, de plus avec un sujet aussi délicat.
    J’ai trouvé le contenu très complet : la description des situations, leurs évolutions … et puis surtout, pour l’aspect photographique, il y a une certaine délicatesse dans ton approche visuelle avec des flous de profondeur de champ qui marquent une distance entre toi et les « acteurs » dévoilant chez eux un naturel appréciable.
    Bravo Christine pour ce billet très touchant 🙂

    • Christine dit :

      Bonsoir Marie,
      Je t’avoue ne pas avoir été débordante d’enthousiasme lorsque l’on m’a proposé ce sujet et avoir passablement cogité sur la manière de l’aborder mais il m’a obligée à me dépasser . J’ai pris beaucoup de photos, pratiquement toute sur le vif en essayant pour autant de diversifier les approches sans trop me planter (une fois j’ai involontairement foiré mes réglages et ai pris tout une série d’image à 5000 iso !!!). Le travail d’editing fut parfois douloureux, sans compter les doutes qui au milieu de l’été m’ont assaillie. A force d’avoir le nez dans le guidon, on ne se rend plus vraiment compte de la qualité de ce que l’on fait. et puis au final tout s’est mis en place, il faut aussi savoir se faire confiance même si ce n’est pas évident. Quant à mes deux protagonistes, comme tu le relèves bien, ils ont fait preuve de beaucoup de naturel. A leur place, j’aurais été infiniment plus coincée!!!

      Merci de ton précieux retour Marie et à bientôt.

  9. Anne Jutras dit :

    Bonjour Christine,
    Quelle expérience extraordinaire tu as vécu! Ça demande quand même du courage et de l’audace pour suivre ces gens, être dans leur affaire et les suivre dans leur démarche. Tu as fort bien réussi, Les images sont très révélatrices et les expressions naturelles, comme si tu faisais partie du décor, ce qui n’a pas dû être facile. Je te lève mon chapeau, bravo!

  10. APP dit :

    Excellent travail auquel je ne saurai pas comment m’attaquer, Bravo pour la performance !

  11. Il est nécessaire de rappeler à nous autres qu’il y a tant de personnes qui ont moins de chances, qui pourtant se battent tous les jours, qui méritent notre soutient et notre aide. Votre reportage est une très belle action de solidarité, bravo !

  12. Mélodie dit :

    Bonjour Christine
    Je te remercie de nous avoir partagé ce reportage. J’ai pris le temps de le lire, et je pense que tu t’en sors très bien parce que ceci demande beaucoup de courage. En tout cas, si j’étais à ta place, je n’aurais jamais eu le courage de le faire, la raison pour laquelle je te félicite.

    • Christine dit :

      Bonsoir Mélodie,
      Merci à toi d’avoir pris la peine de lire cet article et merci pour ton beau compliment. Le sujet n’était pas évident c’est vrai et ne m’a pas inspiré tout de suite, mais de courage, ce sont les deux sujets de mon reportage qui en font preuve. J’éprouve beaucoup de respect pour ces deux personnes qui restent positives et motivées dans une période difficile de leur vie. Bonne fin de dimanche et au plaisir de te relire à une prochaine occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content