Fiction VS réalité

Dans Kirghizstan un billet écrit par Christine le 7 octobre 2016

-1-

En mai dernier, je publiais ce que je pensais être mon dernier billet sur le Kirghizstan. J’avais l’impression d’avoir fait le tour de ce que je pouvais vous raconter sur mon voyage dans ce pays et et de n’avoir plus rien de bien intéressant à ajouter en lien avec les photos qui restaient sur mon ordi. Plutôt que de radoter, je préférais alors passer à autre chose. Mais c’était sans compter l’actualité littéraire de la rentrée. Parmi la multitude de romans qui s’empilent sur les étals des libraires à cette période de l’année, celui d’un écrivain français de renom, sélectionné tout récemment pour le prix Renaudot, m’incite à vous emmener une nouvelle fois  en Asie centrale. Installez-vous confortablement, pour une fois ici on va bouquiner…

-2-

cvt_continuer_4276

Toute la planète livre ne parle que du dernier roman de Laurent Mauvignier qui avec « Continuer« , nous conte l’histoire de Samuel, un adolescent à la dérive, que Sybille, sa mère cherche à remettre sur la bonne voie en l’emmenant à cheval au coeur du Kirghizstan. Le roman est passionnant et remarquablement bien écrit. La prose tendue, crispante même par moment, nous fait vivre une randonnée à haut risque, entre crevasses et à-pics, lacs et vallées, avec ses campements de fortune et ses rencontres improbables avec des Kirghizes ou des Français. C’est aussi un hymne à l’amour d’une mère pour son fils, une chevauchée initiatique au cours de laquelle se reforme peu à peu, non sans mal, le lien distendu entre une femme épuisée de vivre et son fils dégoûté de tout. Je n’en dirais pas plus, sinon que je vous incite vivement à lire ce grand livre d’aventure, ce western d’une splendeur visuelle époustouflante qui mériterait assurément une adaptation cinématographique.

Et si vous avez envie de lire un autre point de vue sur ce livre, allez lire le billet de Laurence sur son blog Instantanés futiles.

Durant mon trek, je n’ai pas vécu des moments aussi apocalyptiques que ceux décrits dans le roman de Mauvignier mais bien des passages m’ont rappelé le col de Kerkebess à 3’600 m. d’altitude, lorsque des pans entiers de ciel nous sont tombés sur la tête (photos 1 à 3).

 

L’histoire pourrait s’arrêter là mais ce n’est pas simplement parce que j’ai découvert ce fantastique roman que j’ai voulu écrire ce billet. Il n’est un secret pour personne que très souvent la fiction nait de faits réels. Mauvignier ne s’en cache du reste pas, lui qui, en lisière de « Continuer »,  indique par une note que :

 » L’idée de ce roman est venue de la lecture d’un article du Monde, en août 2014 ».

 

-4-

Dans cet article, il était question d’un homme qui a emmené son fils, un adolescent en difficulté, faire une randonnée à cheval pendant trois mois au Kirghizistan. Père et fils ont vécu une incroyable aventure humaine dont ils ont tiré eux-aussi un livre paru  au printemps. Je suis tombée par hasard sur ce bouquin en juin dernier, avant de lire celui de Mauvignier,  alors que je cherchais un récit de voyage à cheval. C’est d’abord la photo de couverture qui a retenu mon attention. Le paysage m’évoquait sans doute possible l’Asie centrale, puis c’est le nom de l’un des auteurs qui m’a interpellée: Tom François.

Je n’en croyais pas mes yeux: l’ado rebelle que son père a entraîné dans cette aventure n’est autre que l’un des accompagnants du trek que j’ai accompli au Kirghizstan en été 2015. Pour avoir passé trois semaines en sa compagnie, je connaissais un peu son histoire mais j’ignorais totalement la parution de ce livre. « Dans les pas du fils » relate leur aventure équestre de l’été 2014  mais également les évènements qui l’ont précédée et ceux qui l’ont suivis jusqu’à la fin de l’année scolaire 2015. Il s’achève lorsque Tom s’apprête à retourner au Kirghizstan pour seconder les organisateurs de la randonnée dont je ferai partie. Sans le savoir, j’ai donc vécu en direct la suite du livre!

-5-

Le Tom que j’ai connu est un jeune homme attachant et plein de charme. D’un contact facile, souriant et dévoué, il s’est impliqué à fond durant tout le séjour. Il a travaillé sans relâche pour soigner les chevaux, aider les cavaliers, monter le campement etc.. Très à l’aise avec les autochtones, il se débrouillait un peu en russe. Il s’amusait beaucoup avec les jeunes kirghizes qui l’adoraient et aidait même l’un d’un à apprendre le français. Lors de nos conversations, j’ai compris, à demi-mots, qu’il avait un vécu turbulent mais  face à ce garçon bien dans sa peau, j’étais loin d’imaginer d’où il revenait. J’ignore ce qu’il devient aujourd’hui mais je veux croire qu’il a continué d’évoluer positivement car c’est vraiment un chic type.

-6-

Si le décor et la trame de ces deux livres sont étonnamment similaires, ils n’en sont pas moins très différents dans leur construction et leur style. La prose de ce deuxième livre n’a certes pas le souffle de celle de Mauvignier, mais la plume de Denis Labayle s’avère fluide et pleine de sensibilité. En donnant alternativement la parole au père et au fils, l’auteur nous place tour à tour dans la peau de l’un et de l’autre, nous révélant toute la complexité des rapports inter-générationnels, et nous livre l’histoire touchante d’un père et d’un fils qui cherchent à se retrouver.

Si vous avez soif de dépaysement et d’aventures humaines et que vous ne savez que faire des longues soirées qui s’annoncent, courrez chez votre libraire, je vous assure que vous passerez des heures palpitantes au Kirghizstan avec ces deux bouquins.

Très belle fin de semaine à tous.

 

-7-

 

 

Back to Main Content

28 Responses to “Fiction VS réalité”

  1. Mireille dit :

    Merci Christine, de nous transporter ainsi de la fiction à la réalité et vice-versa ! D’ailleurs, où est l’une où est l’autre, parfois on se le demande… Le roman de Mauvignier est à lire, oui, absolument, je le confirme !… Et tes photos me permettent de le voir mieux encore… Bravo !

    • Christine dit :

      Tu le sais Mireille, tu as joué un rôle non négligeable dans cette histoire puisque c’est toi la première qui m’a signalé le roman de Mauvignier. Fiction ou réalité, la vie, et la littérature sont faites de liens avant tout… A bientôt

  2. Danielle dit :

    Tu as ce don d’éveiller notre curiosité alors oui, ces livres je vais les découvrir.
    Quelles photos encore une fois ! J’aime particulièrement celle des deux enfants dont le sourire illumine un paysage à couper le souffle.

    • Christine dit :

      Eet bien je suis ravie si j’ai réussi à susciter ton intérêt pour ces deux bouquins formidables. Quant à ces deux gamins, c’est leur tenue léopard identiques tellement surprenantes au milieu de ces steppes d’altitude, qui a d’abord attiré mon attention. Puis, ils étaient tellement contents d’être pris en photo et leur sourire était tellement lumineux… Un vrai bon souvenir!

  3. Marie dit :

    Hello Christine !
    Quelle coÏncidence ! … c’est vraiment incroyable d’avoir pu cotoyer le héros d’un roman … En tous cas, tu m’as persuadée, je viens de commander le « livre à lire absolument » 😉 surtout qu’en ce moment, étant immobilisée à la maison, je dispose de temps libre … je viendrais t’en reparler après lecture 😉
    Ces quelques photos en noir et blanc sont très belles 🙂

    • Christine dit :

      Coucou Marie,
      Effectivement, il y a beaucoup de coincidences dans cette histoire. La vie nous réserve souvent bien des surprises. J’espère que tu auras autant de plaisir que moi avec cette lecture et surtout que ton immobilité forcée si j’ai bien compris ne sera pas trop longue. Bon rétablissement!

  4. Oh, tu nous avais caché ces belles photos (ou je perds la mémère 😉 ) ! Ce matin, la recontre avec Laurent Mauvinier était un moment rempli d’émotions. J’ai adoré savoir où il avait puisé l’inspiration de ce livre (tout une séries de détails et entre autres cet article du monde) mais aussi sur les récits de voyages lus sur le net … peut-etre est-il passé ici, en tout cas je lui ai parlé de ton blog et peut-être passera-t-il (ou repassera) là !
    C’est amusant comme cet article du monde lui revenait régulièrement en mémoire et pour moi c’est un voyage en Asie Centrale (j’étais partie sur la Mongolie) qui me tente depuis des années … j’espère vraiment trouver le courage de le faire et si c’est le cas, nul doute que tu auras contribué à m’insufler l’énergie de sauter le pas même si je ne le ferai pas comme Sybille, totalement à l’aventure ! Je te souhaite un beau WE Christine et merci pour ton clin d’oeil !

    • Diable de correcteur d’ortographe … mémoire (pas mémère …)

      • Christine dit :

        L’article du Monde, ce devait être celui-ci : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/08/30/la-chevauchee-initiatique_4479131_3216.html sauf erreur de ma part… J’aurais beaucoup aimé rencontrer cet auteur moi-aussi. Dans quel cadre l’as.tu vu et as-tu pu lui parler longtemps. J’ignore s’il est passé pas ici mais ce serait un grand honneur pour moi. Merci en tous cas de lui avoir parlé de mon petit blog.
        Quant à ton envie de voyage en Asie centrale, n’hésite pas trop et vas-y si c’est quelque chose qui te tente. Tu sais. je me suis inscrite un peu par défi. je n’avais pas monté à cheval depuis 10 ans et ai dû m’y remettre assidument avant de partir. Mais je voulais vivre une aventure comme celle-là sans plus attendre que quelqu’un daigne m’accompagner. Le temps passe, je n’ai hélas plus 20 ans ! Et je ne suis pas partie seule comme Sybille à travers les steppes. Je faisais partie d’un groupe avec une infrastructure d’accompagnement. L’aventure était donc tout à fait mesurée, Tu connais les chevaux et montes régulièrement, je suis donc sûre que tu pourrais faire une telle randonnée sans aucun problème (sachant que les conditions d’hébergement sont spartiates!). Si tu as besoin de plus de détails concernant l’organisation de mon voyage, n’hésite pas à me contacter. Belle soirée Laurence et à bientôt.

      • Christine dit :

        Moi je l’aime beaucoup ce lapsus de correcteur 😉 Et ta mémoire est tout à fait fiable. Je n’ai jamais publié ces photos auparavant!

  5. Dédé dit :

    Je découvre peu à peu les richesses de votre blog et je trouve que les photos en noir et blanc donnent beaucoup de chaleur à votre reportage. Sans nul doute que je vais aller regarder de plus près les livres dont vous faites état ici.
    En parlant de destinations lointaines en Asie centrale et de littérature, j’ai beaucoup aimé le récit de voyage de Bernand Ollivier « la longue marche ». Peut-être en avez vous déjà parlé ici ou ailleurs et si c’est le cas, je m’en excuse mais cette histoire d’un type qui marche inlassablement sur la route de la Soie m’avait beaucoup plu.
    Bonne fin de dimanche et une toute bonne semaine également.

    • Christine dit :

      Désolée de te répondre si tardivement, j’ignore pourquoi ton commentaire et ceux qui suivent ne m’ont pas été signalés. J’espère que la lecture de ces deux livres vous passionnera autant que moi. Je ne connais pas celui que vous citez et m’en vais me renseigner à ce sujet car c’est le genre de bouquin qui m’attire en ce moment. Merci beaucoup et à bientôt

  6. Pastelle dit :

    Il aurait été vraiment dommage que tu ne publies pas ces photos, je les trouve extraordinaires.
    Curieux et amusant hasard… As tu contacté ces auteurs pour leur envoyer tes images ? Je pense qu’ils en seraient très heureux…

    • Christine dit :

      Certaines photos savent attendre leur heure 😉 J’aime construire des billets et sans un sujet, je ne me voyais pas les publier. Je me complique la vie mais on ne se refait pas. Il y a un an, j’avais transmis quelques photos de mon voyage aux membres de mon groupe dont Tom. Les réactions ont été… clairsemées. Donc non je n’ai pas davantage contacté les auteurs pour les leur soumettre.

  7. Cédric dit :

    Merci pour ces références livresques. Mais aussi, merci pour ces très beaux N&B au traitement réellement réussi. Une très belle série à nouveau, pour le plaisir de nos yeux 😉

    • Christine dit :

      Avec beaucoup de retard et toutes mes excuses je réponds à ton commentaire qui m’avais échappé 🙁 Merci Cédric pour ta réaction si positive à mon billet et à ces photos.

  8. Quelle belle histoire que d’avoir participé à leur histoire, un petit peu en tout cas, en avoir eu un aperçu, et découvrir l’histoire complète par la suite. Tes noirs et blancs sont à tomber, ton traitement est sublime, des noirs bien profonds et des blancs bien clairs et lumineux ! Merci pour ce voyage, d’un autre oeil !

    • Christine dit :

      Merci Anne et désolée de te répondre si tardivement, ton comm, et plusieurs autres ne m’ont pas été signalés. Je me suis mise ces derniers mois à oser plus systématiquement des traitements n&b plus radicaux, plus contrastés et suis ravie de voir qu’ils plaisent. Quant à cette histoire, oui ça m’a vraiment fait tout bizarre de m’y retrouver impliquée d’une certaine manière. C’est le genre de surprise qui m’enchante!

  9. Nathalie dit :

    Je découvre ton site, tes images en N&B sont magnifiques!!!
    j’adore le regard de l’enfant de la dernière photo de l’article!
    Une belle découverte, merci

    • Christine dit :

      Bonsoir Nathalie,

      Comme je l’ai écrit à plusieurs autres lecteurs, je suis navrée d’avoir omis de te répondre plus tôt, il y a eu un bug et de nombreux commentaires m’ont échappé. Bienvenue ici et merci pour ton commentaire élogieux qui me fait vraiment très plaisir. Ah la petite de la dernière photo est un vrai bon souvenir. Elle n’était pas du tout farouche et cherchait même à se faire photographier tout en conservant sa mine boudeuse. Un vrai régal photographique! Belle soirée et à bientôt j’espère.

  10. Anne dit :

    Le monde est définitivement petit! Je n’ai pas écouté les nouveautés littéraires de la rentrée, mais je vais m’y intéresser grâce à toi!

    • Christine dit :

      C’est exactement ce que je me suis dit en faisant les liens entre toutes ces histoires. J’espère que depuis que tu as posté ce comm, (désolée d’avoir tant tardé à y répondre, shame on me!), tu as peut.être pu jeter un oeil à ces deux bouquins… Bonne soirée Anne.

  11. sylolive dit :

    Les photos sont superbes, l’aventure incroyable, la coïncidence vraiment surprenante. Avoir vécu cela de l’intérieur sans le savoir… Dans cette ambiance incroyable avec ces paysages et ces tous ces personnages, tu dois savourer encore plus les souvenirs de ce trek. Les mots,n les photos et l’aventure tous ensemble font un bien beau mélange.

    • Christine dit :

      Ah oui toutes ces découvertes m’ont replongée directement dans l’ambiance de ce fabuleux trek à cheval de l’an dernier. Je n’ai qu’un seul regret, à la lumière de ce que j’ai lu, je m’en veux de ne pas m’être davantage intéressée sur le moment à l’aventure de Tom. Je me suis interrogée sur les raisons et je crois que j’étais moi-même tellement prise par tout ce que je vivais au Kirghizstan que je n’étais tout simplement pas disponible pour davantage…. Merci en tous cas pour ta réaction ici et désolée de ne pas t’avoir répondu plus tôt, toute une série de commentaires m’ont échappé 🙁

  12. donlope dit :

    Ouah!!! La photo 1…et la 3!!! J’adore!
    Merci pour les conseils de lecture! J’ai passé tellement d’heures à lire des romans d’aventure quand j’étais jeune! J’ai toujours plaisir a retrouver ces descriptions de paysages que je ne verrais peut être jamais…

    • Christine dit :

      Les conditions dans lesquelles j’ai pris les deux photos que tu mentionnes étaient particulièrement épiques. Il pleuvait beaucoup, l’orage grondait dans un univers exclusivement minéral. Je marchait devant ma monture et essayais de prendre des photos, tout en tentant de préserver mon appareil de la pluie. La lumière était incroyable et avais conscience de l’occasion de faire de belles images. Mais engoncée dans une immense pélerine et affublée d’un cheval, je ne pouvais m’arrêter pour soigner mes prises de vue. J’ai donc fait comme j’ai pu. rentrée chez moi, il m’a fallu beaucoup de temps pour les postraiter et retrouver l’ambiance tellement particulière de ces moments très forts. Voila tu sais tout 🙂 Merci pour ton comme et navré d’y répondre si tardivement, le tien comme plusieurs autres m’ont échappé pour une raison incompréhensible!

  13. Nous avions perdu vos traces, quelle erreur et nous sommes ravies de vous avoir retrouvée !
    Quelle belle aventure cette histoire…

  14. Christine dit :

    Le net est encore plus vaste que les plaines et les montagnes kirghizes., vous êtes donc toutes pardonnées Mesdames. Je suis contente que cette histoire, ou plutôt ces histoires vous aient intéressées. Belle soirée à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content