Ma vie en rose

Dans Confidences un billet écrit par Christine le 31 octobre 2019

Il y a bien trop longtemps que je n’ai plus écrit par ici. Ce n’est pas que l’envie ou la matière m’ait manqué mais ma priorité était ailleurs. Retour sur les évènements de ces derniers mois qui ont passablement bousculé mon existence…

Une ombre au tableau

Au début juin dernier, je sillonnais les routes de France, heureuse d’une échappée de quelques jours qui s’annonçait fort belle, lorsque mon téléphone a sonné. Le numéro m’était inconnu mais lorsque j’ai répondu, j’ai immédiatement reconnu la voix au bout du fil. J’ai écouté incrédule ce qu’elle me disait, lui demandant la boule au ventre de répéter et de m’expliquer avant de noter d’une main peu assurée le rendez-vous qu’elle me fixait. Il m’a fallu plusieurs minutes après la fin de cette conversation pour me calmer intérieurement et annoncer la gorge nouée à mon compagnon que nos vacances n’en seraient plus vraiment.

Dans ma tête, il n’y avait désormais plus que cette tache, une tache suffisamment suspecte, m’a-t-elle dit, pour nécessiter très rapidement des examens complémentaires. Un tache qui allait polluer constamment mon esprit tant que je n’en saurais pas davantage.

Le choc

Au moment de recevoir ce coup de fil, j’avais déjà oublié que la veille de notre départ, je m’étais rendue en vitesse et sans aucune appréhension au dépistage usuel auquel on m’avait convoquée. Pour moi qui me sentais en pleine forme, il s’agissait d’une simple formalité, un contrôle de routine banal comme j’en avais déjà subi plusieurs. Absolument rien ne pouvait me laisser présager que cette fois-ci, la suite allait être bien différente…

Une semaine plus tard, la batterie d’examens auxquels j’ai dû me soumettre à mon retour en Suisse (biopsie, irm, ultrasons) confirmait hélas ce que depuis lors je redoutais: l’ombre au tableau était bien un cancer.

Comme dans un mauvais rêve, j’ai entendu ma gynécologue me parler de carcinome invasif, de tumorectomie, de radiothérapie et j’en passe, un jargon que jamais je n’aurais imaginé entendre me concernant. La situation était surréaliste, alors que je n’avais mal nulle part, je me retrouvais brutalement plongée dans l’univers des malades graves.

Le choc de l’annonce de la maladie est violent et fait voler en éclats toutes nos certitudes. Les contours de ce que l’on prenait pour acquis s’estompent et l’on perd tous ses repères.

Le traitement

La prise en charge a été rapide, efficace. Le corps médical m’a présenté mon cas de manière claire, transparente, avec l’empathie de circonstance. J’ai été opérée non pas d’une, comme le révélait la mammographie, mais de deux petites tumeurs du sein. Ma toubib a fait du beau boulot et ne m’a pas transformée en amazone. Le plus difficile a été d’attendre les résultats des analyses du ganglion sentinelle prélevé lors de l’opération. Ce sont eux qui déterminent la suite du traitement. Après une nouvelle semaine angoissante, j’ai pleuré de soulagement en apprenant que les cellules cancéreuses ne s’étaient pas propagées plus loin et que j’échappais à une chimiothérapie, dont la seule évocation me terrorisait au plus haut point. J’ai néanmoins été largement irradiée durant tout l’été, histoire de bien nettoyer la place!

Pourquoi en parler?

J’ai longuement hésité à le faire. Même si je partage sur ce blog une partie de ma vie,  des récits et des photos de mes voyages, je n’aborde aucune question intime. Je sais le sujet délicat, il peut déranger, mettre mal à l’aise. Jusqu’à ce printemps, le cancer était un monde que je ne voulais pas connaître. Par pudeur ou par peur, je n’osais pas non plus aborder ce sujet avec les personnes concernées que je connaissais.  Au cours de mon traitement, j’ai peu fait état de ma maladie, seuls mes proches étaient au courant. Ce n’est qu’aujourd’hui, à la fin de ce mois d’octobre qui a largement repeint le monde en rose, que j’ai voulu joindre ma voix à celles de toutes ces femmes, 1 sur 8 (c’est énorme!), qui sont touchées par le cancer. Je ne m’en rendais pas compte avant d’en être atteinte, c’est un vraie épidémie qui touche énormément de gens, des femmes et des hommes de tous âges et qui reste encore beaucoup trop taboue. Ce n’est pas pour rien que cette saleté est dite maligne. Le cancer ne fait pas mal (au début à tout le moins), ne se sent pas et c’est bien souvent lorsqu’il est déjà trop tard que l’on se rend compte que l’on est atteint.

Témoigner, c’est une manière de s’entraider et aussi de dédramatiser l’impact de cette maladie.

Je suis infiniment reconnaissante que ce maudit crabe ait été détecté à temps et d’avoir pu bénéficier de soin de qualité. Découvert suffisamment tôt, le cancer du sein se soigne bien. Les mammographies (ainsi que les autres contrôles) de dépistage sont utiles, ne les zappez surtout pas, il faut le dire et le répéter. Restez vigilants et vigilantes, prenez soin de vous, personne d’autre que vous ne peut le faire à votre place!

J’ai aussi eu l’immense chance d’être entourée d’amies qui, ayant traversé la même épreuve, ont su me dire les mots justes pour dédramatiser la situation et me faire envisager l’avenir de manière positive. Leur énergie, leur joie de vivre et leur bonne santé actuelle ont été un exemple pour moi et m’ont littéralement portée. A leurs côtés, je ne pouvais qu’être confiante et aller de l’avant. Je ne les remercierai jamais assez. Etre entouré des bonnes personnes, éloigner les catastrophistes et les angoissés est primordial pour avancer sur le chemin de la guérison.

Et maintenant…

Aujourd’hui, je vais bien et vis normalement. Ces prochaines années, je resterai soumise à un suivi médical rapproché ainsi qu’à une hormonothérapie, mais c’est un moindre mal.

Bien sûr, tout ce qui m’est arrivé cette année m’interroge beaucoup. Qu’ai-je fait ou pas fait pour que mes cellules se mettent soudainement à perdre la boule? Que puis-je faire à l’avenir pour éviter une récidive? Je me suis beaucoup renseignée sur le sujet ces derniers mois mais n’ai pas de réponse.

Ce que je sais par contre, c ‘est qu’avoir un cancer n’a pas entamé ma soif de découvrir le monde et de le photographier, bien au contraire! Après un été introspectif et casanier, le lointain m’appelle de nouveau et tout prochainement, j’ai rendez-vous en terre inconnue pour une aventure qui s’annonce passionnante et exigeante aussi. C’est elle que je voyais au bout du tunnel, elle que je visualisais allongée dans ma “machine interstellaire” lors de mes nombreuses séances de radiothérapie. Elle m’a motivée à guérir le plus vite possible et à rester en forme malgré les traitement subis. J’ai hâte d’y être et de vous faire découvrir tout cela à mon retour.

Alors à très bientôt et prenez soin de vous!

Trop souvent on oublie que dans la vie, tout ne tient qu’à un fil…

La série de photos illustrant ce billet a été prise près de Perpignan peu après l’annonce par mon médecin des résultats inquiétants de ma mammographie .

Back to Main Content

16 Responses to “Ma vie en rose”

  1. Anne dit :

    Contente de te savoir sortie d’affaire. Je suis biologiste, il n’y a pas que des causes liées aux habitudes ou l’alimentation… les séquences génétiques mutent aléatoirement aussi…
    Sure que ça va te donner un œil encore plus vif sur la vie!

    • Christine dit :

      Le problèmes est multifactoriel mais je crois qu’un remise en question de ses habitudes en pareilles circonstances est normale et peut-être utile… Quoi qu’il en soit, je ne suis pas Angélina Jolie, pas de mutation pathogène connue n’a été mise en évidence chez moi, ce qui est un soulagement par rapport à mes enfants et ma soeur. Merci pour ton message Anne et à bientôt.

  2. Caroline dit :

    Je ne sais si c’est mon propre absentéisme de mon blog ces derniers mois qui a poussé ma curiosité à savoir quel était le motif du tien, mais voilà, je découvre l’épreuve que tu as victorieusement traversée et je t’en félicite. L’état d’esprit et la positive attitude ont certainement dû aider ! Et maintenant la renaissance !

    • Christine dit :

      Bonjour Caroline, ça me fait particulièrement plaisir de te lire ici, la preuve qu’il n’y a pas qu’instagram dans la vie 😉 Je suis consciente d’avoir eu beaucoup de chance dans ma malchance, la situation aurait été autrement plus difficile si j’avais dû passer par l’épreuve chimio. Merci de tout coeur d’avoir pris la peine de laisser quelques mots ici et très belle fin de semaine à toi.

  3. Laurence dit :

    Je suis heureuse de te lire ici et je suis très émue par ce billet (une nouvelle fois), voire bouleversée mais je sais que tu es une battante !! Hâte que tu nous fasses profiter de ton nouveau voyage que tu continues à regarder le monde avec ta sensibilité et que tu nous fasses rêver avec tes photos magnifiques et les mots qui ondulent si bien autour. Je t’embrasse.

    • Christine dit :

      Ma chère Laurence, l’énergie revient et avec elle l’envie d’écrire à nouveau ici et de refaire des photos. Ce voyage imminent va assurément me donner matière à alimenter ce blog. Alors vive la vie et merci de tout coeur pour ton amitié qui m’est chère. Bisettes

  4. Dédé dit :

    Coucou. Et bien moi aussi je suis émue en te lisant. Je ne te connais pas personnellement mais “que” par l’intermédiaire de ton blog. Ce que je lisais de toi me faisait penser que tu étais une personne curieuse, heureuse de vivre et passionnée. Ce que je lis dans ton billet aujourd’hui me conforte dans cette analyse. Il faut avoir du courage pour vaincre cette maladie. Et je suis admirative de la manière dont tu nous parles de cette épreuve. Alors je suis heureuse pour toi que tu aies vaincu cette maladie, que tu sois tombée sur des personnes à ton écoute et professionnelles et que tu aies été entourée durant cette traversée. On ressort de ces moments si difficiles un peu transformée, un peu sonnée, sans avoir toutes les réponses à nos questions. Nul doute que tu vas encore plus saisir la vie à pleine mains et continuer à nous enchanter par tes photos (sublimes pour ce billet encore une fois!). Merci encore pour ton témoignage et bises alpines.

    • Christine dit :

      Coucou Dédé, quel plaisir de te voir toujours fidèle au rendez-vous! La maladie n’a en rien entamé ma joie de vivre et je compte bien continuer de croquer l’existence à pleine dents. Merci de tout coeur d’avoir laissé quelques mots ici, ils me sont précieux. Très belle fin de semaine et bises broyardes.

  5. céline dit :

    Bonjour Christine,
    Bien heureuse de te retrouver sur ce blog et encore plus de savoir que ce cancer est derrière toi.
    Tu as raison, cette maladie (et d’autres) est encore taboue… ton récit m’a beaucoup touchée. Merci de nous avoir partagé la traversée de cette épreuve. Je te souhaite la pleine santé pour toujours !
    Au plaisir de continuer à lire tes aventures de voyages et d’admirer tes belles photos ! Bises québécoises 🙂

    • Christine dit :

      Bonjour Céline,
      ça me fait toujours chaud au coeur de constater que mes billets sont lus outre Atlantique et de voir que les fidèles, dont tu fais parties sont au rendez-vous. Je te remercie pour tes voeux et me réjouis de continuer à échanger avec toi. Bises helvétiques 🙂

  6. Anne G dit :

    Ah Christine,
    Comme c’est curieux, il y a quelques jours;, j’avais pensé à toi, en me disant que cela faisait un moment que je ne voyais plus tes photos sur instagram. J’avais mis ça sur le compte que je n’y ‘avais pas été très présente ces derniers temps. Et j’avais donc cherché ici aussi s’il y avait du nouveau. J’avais pensé que tu en avais peut-être un peu assez de cette parfois étrange vie sur internet. Et je ne t’ai pas écrit. 🙁 Il faut toujours prendre le temps de dire à ceux qui comptent pour nous qu’ils nous manquent.
    Tellement heureuse de te retrouver et que tu ailles bien après cette période mouvementée., pour toi et les tiens.
    Alors merci pour tes magnifiques photos et ta façon, toujours si belle, d’écrire ta vie, Tout plein de bises. Et on pourrait dire qu’on se revoit en 2020 ? ;-))

    • Christine dit :

      Chère Anne, tes mots me vont sincèrement droit au coeur, merci! Et on ne va pas dire, on va se promettre de se revoir en 2020. J’aimerais beaucoup te montrer mon coin de pays. Je t’embrasse et te souhaite un très bon weekend.

  7. Pastelle dit :

    Je m’interrogeais sur le pourquoi de ton silence mais tant de personnes ont déserté les blogs que ce n’est plus devenu un signal alarmant lorsqu’elles se taisent pour un temps plus ou moins long.
    Bouleversée par la cause du tien, je regrette de n’avoir pas été plus attentive, on se suit depuis si longtemps…
    J’imagine sans peine les états d’âme par où tu as dû passer, et je suis profondément heureuse que tu sois sortie victorieuse de ce passage.
    Promis, je vais faire cette mammo dont la convocation traîne sur mon bureau depuis quelques mois.
    Et hâte de voir tes prochaines images !

    • Christine dit :

      Chère Pastelle, C’est vrai que l’on se “fréquente” depuis longtemps toutes les deux et te relire ici aujourd’hui me fait vraiment très plaisir :-). Et nom d’une pipe, file faire cette mammo! A très bientôt et un grand merci pour ta visite.

  8. Ma chère Christine, comme je te l’ai déjà pas plus tard que tout à l’heure ( 😉 ), je te souhaite de tout mon coeur de te reconstruire. Et ce billet fait visiblement partie de cette reconstruction. Mais ce blog aussi ! Nulle part ailleurs tu aurais pu partager en images – qui est aussi ton langage ! – ce que tu as traversé et ce que tu souhaites nous en dire. Alors je suis vraiment, mais vraiment contente de te lire ici !!! Bon voyage ….. ma belle, tu l’as mérité !!!!!

    Des grosses grosses bises !

    • Christine dit :

      Merci de tout coeur ma chère Laurence! Nous en avons parlé, tu le sais, je n’ai pas l’intention d’arrêter ce blog, il me manque juste du temps actuellement. Et en plus j’ai déjà la tête la-bas, tout là-bas. Tout est prêt, départ imminent! A très bientôt et plein de becs 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content