Plein pot

Dans Birmanie un billet écrit par Christine le 8 avril 2014

Birmanie Nikon-256-Modifier

Retour en Birmanie, sur les rives de l’Irrawady. Comme je l’ai écrit précédemment, notre mini croisière fluviale nous a offerts quelques belles escales dont une à Yandabo réputé pour la fabrication de poteries. Poursuivant ma série consacrée à l’artisanat birman, c’est une ballade dans ce village que je vous propose aujourd’hui. Situé à quelques mètres à peine des berges qui fournissent l’argile nécessaire à la fabrication des poteries, il compte quelques 350 maisons. Une trentaine de familles exercent le métier de potier tandis que les autres sont pêcheurs, fermiers ou pratiquent des activités liées à la fabrication des pots.

Birmanie Nikon-249

La visite de cet atelier village nous projette une fois de plus dans une époque révolue de longue date pour nous autres occidentaux. La totalité de la surface du village est dédiée à la fabrication de jarres en terre qui serviront à stocker de l’eau et de la nourriture. Dans bon nombre de régions du pays, elles remplacent les frigos et permettent la conservation de nombreuses denrées.

Birmanie Nikon-248

Les femmes jouent un rôle très actif dans la fabrication des poteries. Ce sont elles qui façonnent la terre sur un tour actionné à la jambe par une autre d’entre elles. Les mouvements de celle qui fait office de moteur sont lestes, sans effort. Elle bavarde, plaisante avec la potière ou enguirlande son gamin qui taquine un cochon quelques mètres plus loin. Tout à coup, avec un grand sourire, elle invite un touriste à prendre sa place pour actionner le tour. L’homme se prête volontiers au jeu sans se douter qu’il provoquera l’hilarité des villageois. C’est que face à l’aisance des Birmanes et à l’apparente facilité du geste, on n’imagine pas à quel point l’exercice est physique et technique. Il nécessite, force, souplesse et régularité, faute de quoi la potière ne parviendra pas à tirer autre chose qu’un malheureux boudin biscornu de son bloc d’argile. Ces ouvrières sont redoutablement efficaces puisqu’elles peuvent fabriquer entre 30 et 50 pots par jour.

Birmanie Nikon-254

Après avoir séché au soleil, les pots sont réunis en un vaste tas recouvert d’un énorme monticule de paille et de bois auquel on mettra le feu.  Ils cuiront pendant trois à quatre jours. De gris brun, ils passeront au rouge après la cuisson.

Birmanie Nikon-251

Nous avons visité ce village au début de la saison sèche.  Tout l’espace était alors encombré de poteries de toutes sortes , de bois de feu et de volumineux tas de paille mais lors de la saison des pluies, l’eau du fleuve monte de plusieurs mètres faisant de Yandabo une agglomération sur pilotis. Difficile d’imaginer la physionomie des lieux lorsque les habitants sont contraints de rejoindre leurs habitations en pirogue…

Birmanie Nikon-252

Nous voila au terme de notre visite. La promenade et  la vue de tous ces récipients vous ont peut-être donné soif…. Pas de problème, Yandabo compte aussi une taverne. Installez-vous confortablement, c’est ma tournée, je vous offre un pot!

Birmanie Nikon-257

Back to Main Content

27 Responses to “Plein pot”

  1. Gine dit :

    Ah! Après une telle visite, je me serais bien bu une bière température cageot dans ton petit bar local!
    J’ai visité pas mal de village de potières au Burkina Faso où c’est la technique du serpentin qui est utilisée – mais la cuisson se fait de la même manière, même si la production est moins industrielle. J’ai encore quelques pots qui ont résisté aux années, et même quelques sculptures de terre que les femmes faisaient pour gagner quelques sous supplémentaires… C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai suivi ton reportage, si semblable – si différent, mais dont l’ambiance m’est connue.
    Cohérence parfaite de ton texte et de tes photos!
    Merci et bonne journée.

    • Christine dit :

      J’adore ton expression bière température cageot! Personnellement je n’avais jamais vu ce mode de cuisson des poteries. C’est quand même fou de constater que sur des continents différents les hommes ont développé les mêmes techniques. Vu la taille des poterie, tu imagines bien que je n’en ai pas rapportées en Suisse;-) Belle fin de semaine Gine.

  2. evelyne dubos dit :

    Chouette série. Une belle balade dans ce village de potiers qui effectivement me fait penser a ceux que j’ai pu voir au Burkina mais en Inde aussi. Et puis le pot en compagnie des 2 bons gros cochons qui se prélassent alors là, j’adore… :-))

    • Christine dit :

      Quand j’ai vu ces beaux cochons sur la « terrasse » du bistrot, je n’ai pas pu résister. Je me suis un peu attardée pour prendre des photos, ce qui m’a valu le regard désapprobateur des membres de l’équipage qui n’attendaient que moi pour lever l’ancre…. J’irai bien au Burkina et en Inde pour comparer les techniques de poterie, tiens 😉

  3. Isa dit :

    Encore un bel article comme tu as si bien l’art de les faire. Ces birmanes sont belles et leur artisanat les embellit davantage. Merci Christine pour cette balade. Moi qui ne suis pas voyageuse, je prends beaucoup de plaisir à découvrir l’exotisme et la culture de ce pays au travers tes photos et tes mots aussi. Bonne journée !

    • Christine dit :

      C’est chouette si je parviens à te faire voyager devant ton écran. Merci Isa pour ces mots qui me font vraiment plaisir.

  4. Isa dit :

    Encore une fois de très belles photos qui réfletent bien l’authenticité de ce pays !

    • Christine dit :

      Merci Isa. ON peut se demander pendant combien de temps encore il nous sera donné de contempler de telles scènes. Tout va tellement vite aujour’dhui…

  5. AniLouve dit :

    Tout est beau dans tes photos, les pots, les femmes, les cochons et les paysages !
    J’ai connu des poteries semi industrielle en France où l »on utilisait encore des tours à pied (mais il y avait des fours). Quelle maîtrise chez ces potiers (potières).

  6. Joli reportage qui m’a fait découvrir un petit bout de Birmanie, pays que j’aimerais beaucoup visiter. J’aime particulièrement la photo de la femme en train de modeler un pot, et la suivante avec l’homme au milieu des pots. Deux beaux portraits avec des expressions intéressantes je trouve.

    • Christine dit :

      Si tu as l’occasion d’aller en Birmanie, n’hésite pas. Je me répète un peu tellement j’ai été conquise mais c’est un pays vraiment extraordinaire pour les photographes (et les autres aussi). Merci de ta visite Thomas.

  7. Laurence dit :

    Suivre ton voyage au fil de l’eau, lentement, c’est fort, fort, fort agréable 🙂 Merci Christine pour ce partage !!

    • Christine dit :

      Merci M’dame:-) Le voyage n’est pas encore terminé, j’ai encore d’autres sujets en réserve mais j’essaie d’intercaler avec d’autres articles pour ne pas trop vous « bassiner » avec la Birmanie.

  8. dominique dit :

    Bonjour,
    Tu dois avoir la tête pleine de souvenirs après une balade pareille.. tu as les photos, mais toi, tu as en plus les bruits, les odeurs.
    J’aime cette série. Elle a quelque chose de surprenant. Certaines images pourraient faire croire qu’une partie a été désaturée.

    • Christine dit :

      Bien vu Dominique, j’ai désaturé un chouillas mes photos (mas pas de désaturation partielle) pour leur donner une teinte un peu terreuse qui correspond au sujet.

  9. Merci pour la promenade dans le monde du véritable artisanat, avec son authenticité et sa dureté ; les maisons sur pilotis nous rappellent bien sur les maisons thaïs et cambodgiennes, très pittoresques pour nous tous touristes. Mais il faut pas trop se poser des questions sur l’hygiène et le confort au quotidien ! Vos photos de couleurs pastels sont magnifiques

    • Christine dit :

      Il y a beaucoup de points communs j’imagine (car je ne suis pas encore allée en Thaïlande et au Cambodge) entre les habitations du Sud est Asiatique. Ces maisons ont non seulement un confort très éloigné des nôtres mais en plus elles abritent un nombre considérable d’habitants. J’aborderai le sujet lorsque je vous parlerai de notre excursions dans le Triangle d’Or. A bientôt

  10. Pastelle dit :

    Je trouve toutes tes compositions vraiment géniales. Et je prendrais volontiers un verre. 🙂

    • Christine dit :

      Merci Pastelle! Pour le verre, j’enrage encore de n’avoir pas eu plus de temps à disposition. Je me serai bien attablée non seulement pour trinquer mais surtout pour observer les scènes savoureuses qui se déroulaient aux alentours.

  11. Cécile dit :

    C’est vraiment agréable de partir avec toi faire un voyage. On en ressort avec de nombreuses visions et on apprend plein de choses! J’adore ta dernière photo!!

  12. Polina dit :

    Voyager avec toi est à la fois distrayant, apaisant, et émotions garanties. J’ai eu beau regarder de nombreux documentaires sur la Birmanie, aucune vidéo ne m’a tant touchée que tes images…tu as le don du partage, et un amour de la vie qui se retranscrit dans chacun de tes clichés. C’est pour ça que j’aime tant venir chez toi !

  13. Nathalie dit :

    Sujet intéressant, belle balade birmane. J’aime beaucoup tes images prises en contre-plongée; notamment la 2è et surtout la 4è avec le regard de cet homme à la foi figé et avec la fin du mouvement de ce qu’il avait dans les mains… ma préférée! merci Chrisine.

    • Christine dit :

      Se mettre à la hauteur des personnes que l’on photographie, voire même en dessous d’eux est important pour les mettre en valeur. Petite parenthèse: lorsque l’homme de ma vie me prend en photo du haut de son mètre 92, j’ai toujours l’air d’une naine complètement tassée, ce qu a le don de m’agacer. J’essaie de m’en souvenir lorsque à mon tour je photographie les autres 😉

  14. thursday dit :

    Encore un bien joli reportage, toujours aussi intéressant et aussi bien illustré!

Répondre à matchingpoints Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content