D’Est en Ouest ou les retrouvailles contrariées

Dans Notre calendrier un billet écrit par Christine le 8 mai 2011

Tout devait se passer comme sur des roulettes. Son avion en provenance de Boston et le nôtre de Genève devaient arriver quasi simultanément à Washington, sur le coup des 15h00, le jour pile de ses 20 ans. Nous avions  ainsi tout le temps de nous rendre à l’hôtel avant de filer au restaurant réservé depuis la Suisse pour fêter l’heureuse jubilaire avant d’être trop assommés par le décalage horaire. Durant les longues heures de vol précédant nos retrouvailles, je l’imaginais dans un long couloir d’aéroport, lâcher ses bagages en nous apercevant, accourir tout sourire vers nous (au ralenti comme dans un clip branchouille..) et se jeter dans nos bras sous l’oeil attendri des voyageurs…

Hélas……NON! Dès le départ de ce voyage tant attendu aux USA,  le joli scénario que je m’en faisais depuis des mois n’a eu de cesse de bugger. Tout a commencé à peine avions-nous foulé le sol américain. Ah, heureux les Européens qui tout juste descendus de leur avion, récupèrent leur bagages et franchissent fissa les contrôles douaniers pour jouir de leurs vacances. Là-bas, rien de cela. Règle n°1: mieux vaut s’armer d’un bonne dose de patience et surtout ne pas s’énerver! La queue aux contrôles d’immigration est hallucinante (je découvrirai plus tard qu’on fait la queue partout et pour tout…). Il nous a fallu près d’une heure et demi de piétinements avant d’enfin pouvoir présenter nos passeports à des fonctionnaires peu amènes et de nous faire scanner le fond de l’oeil. Autant dire que ma joie de la revoir s’est émoussée dans les méandres de cette file sans fin, cédant sa place à l’inquiétude de ne pas la retrouver de l’autre côté. Etait-elle seulement arrivée?

Tout à mon énervement, je ne l’ai pas vue dans le hall d’arrivée. C’est elle qui m’a appelée et m’est “tombée” dessus toute émue et soulagée aussi après deux heures d’attente. J’aurais voulu pouvoir savourer mieux cet instant, le déguster lentement comme un délicieux bonbon. Au lieu de cela, j’ai dû l’avaler à la hâte comme un sandwich de fast food. Le temps pressait, il nous fallait nous dépêcher de gagner notre hôtel.

Me croirez-vous si je vous dit qu’ensuite le taxi s’est trompé de route, qu’il a erré un long moment avant de nous déposer à la bonne adresse et que nous sommes arrivés trop tard pour nous rendre dans le restaurant prévu?

Nous avons finalement improvisé un repas d’anniversaire très joyeux dans un bistrot italien, lors duquel chacun a disputé à l’autre le droit de s’exprimer en premier. Nul doute qu’elle se rappellera longtemps de la journée de ses 20 ans, ma blondinette!

Allez, la prochaine fois je vous parlerai du “casting” et peut-aussi des effets spéciaux météo de notre voyage mais avant cela, il est temps de mettre à jour notre calendrier qui accuse un léger retard. Avril se fait aérien et vous emmène outre-atlantique of course!
Cliquer pour agrandir
Moi
Washington. Nous faisons la queue (eh oui encore..) à l’arrêt de bus. Je lève le nez. J’envie l’oiseau si libre de se déplacer à sa guise.
Elle
New-York. Au sommet de l’Empire State building, je me sens pousser des ailes. Je flotte dans les airs, mon regard se perd au dessus de la ville, quelle merveille!

Nous avons pris ces photos indépendamment l’une de l’autre durant notre périple. A mon retour, je les ai texturées pour les harmoniser.

Back to Main Content

14 Responses to “D’Est en Ouest ou les retrouvailles contrariées”

  1. J’aime beaucoup ta comparaison avec le fast food qui reflète très bien que tu es restée sur ta faim ou fin !
    bonne continuation

  2. Pastelle dit :

    L’important, c’est que vous vous en souveniez particulièrement.
    Et je suis prête à parier très cher que le souvenir sera plus vif de cet anniversaire “bricolé” avec les contingences du jour, que s’il s’était déroulé comme dans vos rêves.
    Moins rigolo ce qui est prévu ! 😉

  3. Aurore dit :

    Ah, les imprévus des voyage… ! 🙂 Mais l’improvisation a de bons côtés aussi, surprises pas si mauvaises en souvenirs quelques mois/années après… Sûr qu’elle s’en souviendra longtemps de ce très beau cadeau pour ses 20 ans : la présence chaleureuse de ses parents. Bon séjour si tu/vous y êtes toujours.

  4. Laurence dit :

    Superbe diptyque !! Le travail de la texture est vraiment top !!!!!

  5. mhelene dit :

    C’est superbe ! de très beaux effets mais surtout le texte et la photo réunis chaque fois ! ce sont de bons souvenirs quand tout est inattendu !!:-)

  6. ronan dit :

    hmmm… l’immersion dans l’american dream fut houleuse dirait-on

  7. Bruno dit :

    J’adore cette “texture” sur tes deux photos..je ne t’ai jamais demandé mais tu utilises un logiciel particulier sans doute…(en téléchargement gratuit??)..bien que je ne pense pas…du “gratuit avec ce style et cette qualité…je doute..

    Parfois les retrouvailles sont comme cela..mais les surprises ont parfois du bons aussi…parfois…

  8. Marie dit :

    Des retrouvailles et des imprévus … Notre manière d’anticiper les évènements en les idéalisant fait qu’il est parfois difficile d’en accepter les “déconvenues”, surtout lorsque le temps (précieux) manque un peu .. mais on garde parfois un meilleur souvenir des situations imprévisibles !!
    Tes prises de vues sont très belles, j’aime leurs textures qui rappellent le pastel .. Bravo pour le résultat.

  9. Spiruline dit :

    @Pommes cannelles: oh mais que c’est bien trouvé, c’est exactement ça, je suis restée sur ma faim!

    @Pastelle: même si sur le moment, je t’assure que j’ai enragé (je m’étais beaucoup investie pour ce voyage), c’est vrai que maintenant j’y songe en souriant:-)

    @Aurore: je ne crains pas les imprévus lorsque je voyage seule ou à deux, mais là nous étions une sacrée équipe et ce fut plus difficile à gérer. Cela fera l’objet d’un autre billet. A suivre…

    @Laurence: ah oui, cette fois je me suis lâchée sur les textures et j’ai bien joué avec les calques. Vraiment ravie que le résultat te plaise!

    @Mhelene: Merci! Cette expérience de dyptique avec ma fille est un réel plaisir pour toutes les deux. Nous sommes chaque mois impatientes de découvrir l’image de l’autre, de les réunir et de les mettre en mots.

    @Ronan: houleuse c’est le mot mais chut, je n’en dirai pas plus, la suite tout bientôt.

    @Bruno: j’utilise photoshop elements qui est la version simplifiée de photoshop et qui est beaucoup plus abordable mais payante tout de même (environ 100 euros). Il existe sûrement des logiciels gratuits qui permettent d’utiliser des textures mais je ne les connais pas, désolée. A part ça, je suis contente de te relire par ici 🙂

    @Marie: c’est tout le problème des attentes et de l’idéalisation que l’on se fait d’un événement. Les déconvenues sont inévitables. Pour le traitement des photos, je me suis vraiment bien amusée en testant différentes variantes. Je trouve que ces images ont presque un rendu de bande-dessinée avec ces textures.

  10. Christiane dit :

    “La vie c’est ce qui vous arrive quand vous aviez prévu autre chose”, citation de John Lennon je crois ou quelqu’un d’autre, pas de moi en tous les cas… Vous vous rejoignez dans l’espace vaste de l’air et du ciel, c’est bon signe! Belles photos/textures. A+ BISOUS

  11. Isa dit :

    Le pari était risqué ! Vous l’avez quasiment réussi , l’essentiel reste vos retrouvailles !

  12. Cette attente a dû amplifier l’excitation des retrouvailles à son paroxysme et du coup, aussi, en graver encore davantage le souvenir!

    Belle journée!!!

  13. Bruno dit :

    Mais Spiruline…je passe…je lis..je ne mets pas toujours de commentaires mais je suis là…

    Je t’aime bien tu sais.
    🙂

  14. isabelle dit :

    Je suis épatée par le timing prévu… Et le resto réservé d’avance! Les files à l’aéroport sont effectivement des douches froides. Bah, après, on ne garde finalement que les bons souvenirs.
    Épatantes également les photos texturées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content