Dans une famille mongole sur les rives du Khövsgöl

Dans Mongolie un billet écrit par Christine le 7 mars 2018

A 800 kilomètres d’Oulan Bator dans le nord de la Mongolie est nichée à 1645 m. d’altitude une véritable merveille naturelle. D’une superficie six fois supérieure à celle du lac Léman, le lac Khövsgöl, dont on dit qu’il est le petit frère mongol du Baïkal, est également surnommé  “Perle Bleue Foncée” ou  “Mère Océan” en raison de la pureté de ses eaux. Entouré d’une douzaine de sommets culminant à plus de 2000 mètres d’altitude et recouverts de forêts de pins et de prairies où broutent yacks et chevaux, il représente la plus grande réserve d’eau douce du pays. Gelé de janvier à avril/mai, sa couche de glace dépasse souvent 1 m. d’épaisseur.

Au coeur de l’hiver dernier, je me suis rendue dans cette région encore  méconnue à la frontière entre la grande steppe mongole et le début de la taïga et de la forêt sibérienne. Dans cette nature intacte, j’ai partagé pendant quelques jours la vie d’une famille semi-nomade. Départ sur les rives du lac Khövsgöl  pour une immersion dans un quotidien à mille lieues de notre  mode de vie occidental.

 

 

 

Parti le matin d’Oulan Bator en direction du nord ouest, notre vieil Uaz soviétique de 1960 avale bruyamment les kilomètres d’asphalte. La route est longue et monotone mais on a de la chance car  jusqu’à tout récemment, une bonne partie du tronçon n’était qu’une simple piste non goudronnée extrêmement éprouvante. A l’intérieur du véhicule, il ne fait pas bien chaud. Emmitouflés sous plusieurs couches de vêtements, nous contemplons le paysage blanc quasi lunaire qui défile à la fenêtre. Seuls quelques troupeaux de chèvres, de vaches et de chevaux viennent animer parfois la monotonie de l’immense steppe mongole.  Malgré le froid et l’inconfort, la somnolence nous gagne tant et si bien qu’au bout de quelques heures, c’est à peine si l’on remarque que le ronronnement du moteur décline. L’Uaz, devenu soudainement poussif, finit par s’arrêter au milieu de nulle part. Le carburateur n’en peut plus! Notre chauffeur, un habile mécano qui connaît par coeur son vieux compagnon, ne met guère plus de 20 minutes pour lui refaire une santé. Heureusement car même si l’on apprécie de se dégourdir les jambes, l’atmosphère a l’extérieur est fraîche. Une trentaine heures et deux crevaisons plus tard, nous atteignons enfin le lac Khövsgöl. Il est 19h.30. on y voit goutte mais une petite anxiété nous étreint soudain.

 

Nous prenons conscience que nous roulons désormais sur une gigantesque patinoire de plus de 100 mètres de profondeur…

La glace a beau être très épaisse, on ne peut s’empêcher de songer à tous les véhicules sous le poids desquels elle a cédé depuis la période soviétique et qui sommeillent encore sous l’eau. La circulation sur le lac a certes été interdite dans les années 2000 pour des raisons écologiques, elle est toutefois tolérée pendant le festival des glaces qui anime en ce moment la région (et dont je vous reparlerai bientôt). Et puis ici comme ailleurs, quand le chat n’est pas là, les souris dansent, ou plutôt les Mongols s’amusent comme des gamins à rouler à vive allure sur cette voie providentielle,

Après un trajet de 20 minutes sur la glace, le véhicule, à grands coups d’accélérateur et dans un vrombissement assourdissant, monte sur la berge et part à l’assaut de la dernière pente. Dans la lueur des phares, deux cent mètres plus haut, apparaît enfin la maison de nos hôtes. Ceux qui ont lu le récit autobiographique de Sylvain Tesson ne pourront comme moi s’empêcher de penser à sa cabane sibérienne. Posée en lisière d’une forêt de conifères, elle est faite de rondins et ne mesure par  plus de 20m2.  Ma, le chef de famille, vit là avec les siens. Ses fils de 13 et 16 ans ainsi que sa fille Baïstik, 29 ans, et son petit garçon de 5 ans partagent son quotidien dans l’unique pièce de la maison. A côté, une yourte accueille les visiteurs. C’est là qu’on nous installe pour la nuit avant de nous convier pour le repas.

Le modeste logis est rempli comme un oeuf. Semaine des festivités du nouvel an oblige, plusieurs proches de notre famille d’accueil sont venus lui présenter leurs voeux et bien évidemment restent pour manger et dormir sur place. Assis sur un tabouret, une caisse ou à même le sol, chacun se débrouille comme il peut pour tenir son assiette de buzz (raviolis de mouton) et son verre sa tasse  d’alcool de yogurt de yack. Cette “délicatesse” n’est  pas vraiment à mon goût mais ce n’est ni le lieu ni l’heure de faire ma difficile, d’autant que les hommes semblent ravis de trinquer avec nous.

 

Une première nuit “rock’n mongole”

 

Aux alentours de 22 h. , exténuée par nos longues heures de route et toutes ces libations, je parviens enfin à prendre congé et regagne la yourte. Mais là, alors que je ne songe qu’à m’enfouir dans mon duvet et à sombrer dans un sommeil réparateur, rien ne va plus! Mes deux comparses, craignant le froid de la nuit, ont saturé le poêle de bois. Il fait au bas mot 40° à l’intérieur, un vrai sauna. Les joues me brûlent, j’étouffe, je peste, mais rien n’y fait,  elles refusent d’ouvrir la porte pour amener un peu d’air.  Comment fermer l’oeil dans une telle étuve? A peine énervée, je retourne dans la cabane voisine dans l’espoir de trouver un autre endroit pour dormir.  Les mongols, déjà bien éméchés, ne comprennent pas vraiment mon problème mais  m’invitent très gentiment à passer la nuit parmi eux. Me voila donc placée devant un choix cornélien: bouillir dans une yourte surchauffée ou partager un coin de paillasse avec 8 fêtards en piste. J’ai finalement choisi la cabane et je ne sais toujours pas si j’ai bien fait. La bande de joyeux drilles a festoyé jusqu’à fort tard, puis c’est le gamin qui se l’est joué Vomito. Quant au portable de sa mère, il n’a pas arrêté de sonner toute la nuit (!!!) . Autant dire que malgré boules quies et masque sur les yeux, je n’ai pas vraiment dormi.

Au petit matin, je me réveille dans un vrai champ de bataille. Après la beuverie de la veille, la cabane est encombrée et sale. Baïstik plie les couvertures et tente, sans grand succès, de remettre les lieux en ordre. Il y a tant de monde à l’intérieur que je préfère m’éclipser et découvrir les alentours. Dehors, l’air pique méchamment mais le bleu limpide du ciel, la vue sur le lac gelé en contre-bas et les sommets  illuminés de l’or des premiers rayons me font instantanément oublier ma nuit mouvementée. Dans le froid cristallin, le paysage intacte est nimbé d’un silence saisissant, absolu. Aucun un avion ne fait vibrer l’azur, aucun moteur ne crachouille dans mon tympan, aucun murmure n’agite mon cerveau, rien. Même la troupeau qui paît à proximité de la cabane le fait sans bruit. C’est comme si le froid avait coupé le son pour ne laisser que l’image, c’est beau tout simplement. Je me sens soudain l’âme ermite et me verrais bien, malgré l’absence totale de confort, prolonger  ma retraite dans ce bout du monde…

 

“Le froid, le silence et la solitude sont des états qui se négocieront demain plus chers que l’or. Sur une Terre surpeuplée, surchauffée, bruyante, une cabane forestière est l’eldorado.”

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie

 

Chaque année depuis 7 ans, d’octobre à juin, la famille de Ma emménage dans sa petite maison de bois. Lorsque le lac est gelé, elle n’est qu’à 10 minutes en véhicule de Khatgal, la ville la plus proche située à la pointe sud du Khövsgöl. En été par contre, son accès est beaucoup plus compliqué puisqu’il faut une heure pour parcourir les 20 km de piste défoncée qui longent la rive. Nos hôtes installent alors leur yourte à quelques kilomètres de là. Avec 30 yacks et un cheval, ils vivent très modestement. La région, boisée et montagneuse, n’offre pas suffisamment de pâturages pour les troupeaux des éleveurs dont la situation est difficile. Pour compléter ses revenus, le patriarche est contraint de travailler plusieurs jours par semaine dans le chef lieu où il est chargé de maintenir le chauffage de l’école en fonction. En son absence, ses enfants s’occupent du bétail et de toute l’intendance de la maison.

 

Tous les deux jours, c’est la corvée d’eau.

 

Un matin, une agitation soudaine à proximité d’un enclos attire mon attention. Un des deux garçons est en train d’atteler un yack  à une charette rudimentaire sur laquelle est sanglé un tonneau rouillé.

Trois fois par semaine, les adolescents et leur attelage descendent sur le lac à 200 mètres en contrebas. Selon un rituel bien établi, l’aîné attaque la glace à coups de barre à mine tandis que son cadet dégage les débris à la pelle. Après plusieurs minutes d’efforts soutenus, l’eau jaillit. Pour prélever à tour de rôle le précieux liquide et remplir leur petite citerne, les garçons enlèvent leurs gants et plongent leur sceau dans l’eau glacée. Un jeune yack, manifestement assoiffé, se précipite pour se désaltérer longuement dans ce trou bienvenu. Comme je m’étonne que les autres ne l’imitent pas, on m’explique que les animaux plus âgés se satisfont de la neige qu’ils ingurgitent dans la journée.

A l’intérieur de la cabane, Baïstik s’active dans sa “cuisine” dont le pôele constitue l’unique équipement. Ici, pas de placards ni d’appareils électroménagers, les aliments sont simplement entreposés sur les meubles ou sur un rebord de fenêtre. La jeune femme prépare des spaghettis mongols qu’elle cuira dans un bouillon avec des morceaux de viande très grasse, un peu de chou et de carotte. Les légumes sont rares ici et la gastronomie pas vraiment goûteuse mais elle a l’avantage d’être roborative. Et un peu de Maggi (viandox  pour nos amis français) dont les Mongols sont très friands, améliore sensiblement le contenu de notre assiette.

La maîtresse de maison, féminine jusqu’au bout de ses ongles vernis,  ne porte que des robes, même lorsqu’elle va traire et s’occuper des yacks. Visiblement très connectée au monde, elle est sans arrêt interrompue dans son travail par son portable qui sonne à toute heure du jour et de la nuit. Son fils de 5 ans, lui, semble accro à une sorte de console vidéo sur l’écran de laquelle il a les yeux rivés plusieurs heures par jour.

Comment une jeune femme de moins de trente ans vit-elle ici? Comment organise-t-elle son quotidien? Quels sont ses rêves? Je brûle de lui poser de nombreuses questions mais je dois me montrer patiente. Comme tous les Mongols, surtout les non-citadins peu habitués à côtoyer des étrangers, elle est très réservée. Il me faudra attendre la fin de mon séjour pour que je puisse en savoir un peu plus sur elle et sa famille. Et encore, mon guide ne m’ayant pas autorisée à poser des questions trop personnelles, je me suis limitée aux aspects pratiques de sa vie. Je comprends mieux sa retenue lorsque j’apprends que c’est la première fois qu’elle accueille des hôtes étrangers. Sa famille en a remplacé au pied levé une autre qui a eu un empêchement. Comme je m’intéresse à l’intendance de la maisonnée, Baïstik m’explique que son frère la conduit une fois par semaine en ville pour y faire ses courses. A Khatgal, sa famille possède une yourte où vivent son père lorsqu’il travaille et son plus jeune frère durant sa scolarité. C’est là qu’est installée une machine à laver semi-automatique dans laquelle elle lave ses plus grosses pièces de linge. Le reste se fait à la main. C’est là également qu’elle s’installera lorsque son fils sera en âge d’aller à l’école. Le plus âgé de ses frères la remplacera alors à la cabane et prendra soin de leur père comme de coutume en Mongolie. Dans ce pays, en principe, c’est le plus jeune fils qui hérite du domaine. Je ne saurai rien par contre du père de l’enfant de Baïstik, ni de sa mère décédée quelques années auparavant semble-t-il.  La jeune femme, un peu méfiante au début,  s’est détendue lorsque je lui ai demandé de me parler de ses hobbies et de ses rêves. S’approchant d’un coffre près d’une fenêtre, elle a enlevé la housse de tissu qui recouvrait un couvercle en bois et l’a soulevé précautionneusement, révélant une antique machine à coudre. Les yeux brillants, elle m’a avoué sa passion pour la couture et la broderie. Puis avec un (rare) sourire, elle m’a confié souhaiter plus que tout au monde rester dans sa belle région et devenir propriétaire d’un grand élevage dont elle pourrait s’occuper!

Au moment de prendre congé de nos hôtes, nous leur avons remis, comme le veut la tradition, un sac contenant plusieurs petits présents. Ils l’ont pris sans un mot, ni un regard, sans rien dévoiler de leurs sentiments à notre égard. Même si nous savions que tel serait le cas, cette absence de réaction, tout-à-fait habituelle dans la culture mongole, n’en est pas moins déstabilisante pour nous autres occidentaux habitués à remercier avec effusion. Nous ne saurons jamais si nous leur avons fait plaisir et cela reste un peu frustrant!

 

Cette première immersion dans une famille mongole nous a permis de partager son quotidien et d’en saisir toute la rigueur. Nous avons pu également nous rendre compte de l’importance des liens sociaux et familiaux qui unissent les mongols. Durant tout notre séjour, les visiteurs n’ont cessé de défiler, pour une heure, une nuit ou quelques jours, nous démontrant que dans cette culture, rien ne vaut d’être réunis, même dans une petite cabane peu confortable et “surpeuplée”. Une belle leçon!

 

Back to Main Content

39 Responses to “Dans une famille mongole sur les rives du Khövsgöl”

  1. Gine dit :

    Brrrr… Malgré la convivialité, cette lecture me fait un peu froid dans le dos! Physiquement et psychiquement… De vastes étendues et une envie de solitude durement contrecarrée par les conditions climatiques et la cohabitation rendue vitale!
    Je comprends ta frustration que j’ai connue souvent, quand ni la langue, ni la culture ne permettent de créer des ponts chaleureux…
    Merci pour cette fenêtre ouverte sur un ailleurs à peine inimaginable dans notre monde confortable!

    • Christine dit :

      Je savais en partant en Mongolie en hiver qu’il ferait très froid et que ce ne serait pas un séjour très confortable, j’y étais donc préparée et cela ne m’a pas dérangée. Je voulais vraiment voyager au plus près des gens, J”ai quand même beaucoup apprécié de pouvoir prendre une douche à la moitié du séjour 😉 Quant aux différences culturelles, pour frustrantes qu’elles peuvent être parfois, elles ont aussi l’avantage de nous faire réfléchir à nos propres conditionnements. Je me demande comment des Mongols en visite chez nous interprètent certains de nos comportements… Merci Gine d’être venue découvrir ce petit coin de Mongolie ici et très bon week-end!

  2. Cécile dit :

    Quelle expérience! Et comme toujours un très beau récit, authentique et riche en anecdote. Un délice de voyager avec toi entre tes mots, tes souvenirs et tes très belles photos. Bonne journée à toi.

  3. Nous sommes habituées à la qualité de vos reportages, mais encore une fois nous sommes enthousiastes, les mots nous manquent ! Nous ne savons pas, si nous préférons les photos ou vos commentaires qui ne manquent pas d’humour. Mais quelle aventure extraordinaire. Incroyable ce contraste entre une vie traditionnelle et l’actualité assurée par un portable. Et les ongles vernis…
    Ne pensez-vous pas à faire un livre parlant de vos voyages ?

    • Christine dit :

      Si tant les mots que les photos vous font voyager, alors je suis comblée. Merci Mesdames! La personnalité de cette jeune femme m’a beaucoup intriguée également. Je crois que je n’ai jamais vu quelqu’un être autant “pendu” à son portable qu’elle. Même à 3 ou4 heures du matin, il sonnait et elle répondait!!! J’en ris aujourd’hui mais sur le moment, ça m’a nettement moins amusée…. Quant à compiler mes voyages dans un livre, bien sûr que j’y songe, déjà rien que pour moi. Mais c’est très chronophage et j’avoue que pour l’heure, je n’arrive pas à tout concilier en plus de mon activité professionnelle.

  4. Françoise V. dit :

    Je partage l’avis de Matchingpoints : c’est un véritable voyage que j’ai fait à la lecture de tes lignes. Le contraste entre un environnement à priori assez inhospitalier et la force des liens sociaux est saisissant. Et j’apprécie beaucoup ton humour. J’étais avec toi dans cette yourte surchauffée !

    • Christine dit :

      Ah Françoise si tu m’avais vue dans cette yourte surchauffée. A un moment, je suis même sortie sur le seuil en sous-vêtements pour tenter de me rafraichir! mais cela n’a pas suffit. Le pire c’est que cela ne sert strictement à rien de surchauffer pareillement le poêle le soir, car dès qu’il ‘s’éteint, la température baisse drastiquement dans les yourtes qui ne sont pas isolées. Au matin, l’eau de gourdes placées dans les sacs est complètement gelée. Tout au long de ce voyage j’ai été vraiment stupéfaite de constater que même dans les coins les plus reculés, à priori très isolés, des gens sortent de “nulle part” et viennent rendre visite à leurs voisins, parents ou amis. La preuve que l’humain est un vrai animal social 😉

  5. Anne Jutras dit :

    Bonjour Christine,
    Décidément, tu réalises des voyages toujours aussi dépaysants! Tu nous fais découvrir un monde complètement différent du nôtre, mais encore connecté avec une certaine technologie, notamment les jeux vidéos. Le regard rivé à l’écran comme les jeunes d’ici. 😉

    Merci pour ce partage, ce fut fort intéressant. J’ai été ravie de lire que tu as pu savoir quel était le rêve de la jeune fille, j’espère qu’elle aura son troupeau un jour.
    Bisous xx

    • Christine dit :

      Hello Anne,
      Hé oui, la mondialisation est partout même au fin fond de la Mongolie! J’ai été touchée par le rêve de cette jeune femme, par le fait qu’elle est finalement très attachée à son mode de vie, à ses racines. Je lui souhaite également qu’il se réalise! Bises et bon week-end.

  6. chistine dit :

    Encore un super voyage et tes mots et images nous font partager cette expérience, merci c’est superbement raconté et superbement photographié

    • Christine dit :

      Merci pour ce beau retour chère homonyme, je suis sincèrement touchée de lire que mes billets sont à ce point appréciés. Belle fin de semaine.

  7. Anne dit :

    Quel beau récit! Je suis en train de rédiger un article sur mon expérience dans une famille omanaise. Pourtant si loin, ils ont un point commun: l’hyperconnection et le lien aux autres!
    Tes images sont magnifiques, comme toujours.

    • Christine dit :

      J’aurais beaucoup aimé vivre une immersion dans une famille omaise comme j”ai pu le faire en Mongolie à deux reprises. Je me réjouis d’autant plus de lire ton expérience Anne.

  8. Mireille dit :

    Un grand merci Christine ! Tes photos, toujours aussi superbes, et ton récit sensible m’ont emmenée bien loin de nous, dans ce voyage riche en paysages et en exotisme. Je comprends ton besoin d’un échange plus personnel, et je suis contente pour toi que cette femme ait livré un peu d’elle-même. Bises. Mireille

    • Christine dit :

      J’aurais bien évidemment pouvoir discuter plus longuement et d’une manière moins superficielle avec cette jeune femme mais pour cela il aurait fallu que je reste beaucoup plus longtemps et que l’on s’apprivoise mutuellement. J’espère avoir un jour le temps de pouvoir prendre le temps lorsque je voyage… très belle fin de semaine Mireille et amicales bises helvètes .

  9. Coucou ma tres chere cop’s ! Merciiiiii pour ce moment rare partagé ! Ca a dû être une expérience formidable ! C’est l’équivalent du camping à la ferme si je comprend bien tu racontes si bien ton aventure. J’ai un gros coup de cœur pour le portrait du petit garçon, je trouve qu’il résume à merveille ce sentiment à la fois de douceur et de rudesse que tu nous racontes. À très bientôt pour le récit de tes aventures en direct !!!!!

    • Christine dit :

      Ah il n’y a que toi copinette pour comparer cette expérience avec du camping à la ferme :-), j’y avais pas pensé mais il y a effectivement un peu de cela sauf que je n’ai pas essayé de traire les yacks! Quant à ce petit garçon, il a une vie un peu particulière toute de même, sans petits camarades pour jouer. Je ne le trouvais assez farouche et pas très avancé pour son âge, aller à l’école et fréquenter d’autres enfants lui fera du bien. A tout bientôt, ce sera trop bien!

  10. Tout d’abord, les paysages sont sublimes ! En regardant les photos et en lisant ton récit, j’ai eu froid, je me remémore des moments à la montagne où la période très froide de février dernier ici, et ça me suffit déjà ! :p
    Il faut se préparer psychologiquement à être plusieurs dans un petit espace, à ma dormir. Déjà qu’en Ile de France, on n’est pas toujours habitué à recevoir du monde à l’improviste, alors là, il faut faire un stage zen avant. Mais quelle aventure !
    Ce sont des moments dont tu te souviendras longtemps j’imagine !
    Pour les cadeaux, dans une moindre mesure, par exemple en Angleterre, quand des cadeaux sont offerts, souvent les gens ne les ouvre pas en présence d’autres personnes, les cadeaux sont souvent ouverts le lendemain quand la fête est terminée, car ils préfèrent profiter des gens quand ils sont là.

    • Christine dit :

      Comme je l’ai écrit à Gine, c’est en toute connaissance de cause que je suis partie faire ce voyage à cette période de l’année et dans ces conditions. J’étais donc prête et équipée en conséquence. Je n’ai pas eu du tout froid et ai presque été déçue de ne pas pouvoir vivre des températures encore plus basses. Il faisait en moyenne -15° la journée . Le plus dur c’était le matin au réveil, lorsqu’il fallait s’extraire de son duvet pour aller aux “toilettes”. Mais je pense que mon voyage au Kirghizstan en été a été plus difficile que celui-ci au niveau confort. Je ne connaissais pas a coutume anglaise dont tu parles, merci de me l’avoir signalée Anne 🙂

  11. Anne dit :

    Encore, encore ! J’en redemande de toutes ces fines observations à travers ton objectif et tes mots. J’ai tout de suite pensé à Sylvain Tesson en commençant à te lire. Et comme on a tes photos, c’est encore mieux. Merci pour le portrait de cette jeune femme et de son garçon. A bientôt. 😉

    • Christine dit :

      Merci Anne pour ton enthousiasme 🙂 Les prochains épisodes de ce voyage vont suivre au plus vite et tiens, je parlerais certainement encore un peu de ce cher S. Tesson…. A bientôt

  12. Pastelle dit :

    D’abord j’ai lu et j’ai tellement été emportée par tes mots que j’en ai oublié les images; Alors j’ai recommencé et j’ai regardé les photos. Et j’en ai oublié le texte. Et puis j’ai recommencé une 3ème fois, lecture et photos mêlées, et l’osmose est fantastique. Un merveilleux reportage, tellement humain aussi, sauf oublier les petits détails matériels qui parfois ont tant d’importance. Merci infiniment pour ce magnifique partage !

    • Christine dit :

      Et bien Pastelle, quel plaisir de constater que tu as consacré autant de temps à ce billet! J’ai partagé la vie d’une autre famille mongole dans une autre région du pays et me réjouis de vous en parler . J’espère qu’elle t’intéressera tout autant. A bientôt.

  13. Marie dit :

    On est tout d’abord portés par ces magnifiques paysages de froidure puis on s’imprègne un peu du quotidien de la vie de cette population … j’aime vraiment beaucoup toutes les prises de vue à l’intérieur, cet endroit baigné d’une douce lumière et le regard de cet enfant …
    Merci Christine pour ces belles images et cette expérience de vie d'”ailleurs”.

    • Christine dit :

      J’ai hésité à montrer d’avantage de photos des environs de la cabane mais j’avais vraiment envie de centrer ce billet sur la vie dans cette famille. Je montrerai davantage de photos du paysage environnant dans un prochain article. Je suis contente que ces vues plus intimistes t’aient plu Marie. Lors de mes voyages, l’aspect humain revêt beaucoup d’importance et il me tient particulièrement à coeur de partager les rencontres auxquelles ils donnent lieu. Merci beaucoup de ton retour et à bientôt.

  14. Laurent dit :

    À la lecture que ta cabane ressemblait à celle de Tesson, j’allais demander si elle était tout aussi bien pourvue en vodka, mais c’était visiblement le cas de la cabane voisine 🙂
    Un coin du monde qui m’est à ce jour inconnu et qui a piqué ma curiosité !

    • Christine dit :

      Une cabane sans vodka en Mongolie, tu n’y penses pas Laurent 😉 Il paraît qu’elle est meilleure dans ce pays qu’en Russie car elle est à base de céréale et non de patate. Et si jamais tu n’aimais pas trop ça, tu peux toujours te rabattre sur l’alcool de yogurth de yack (mais là mes intestins ont de la peine…). Bref, on ne meurt pas de soif dans ce coin du monde . Alors qu’attends-tu pour y aller ?

  15. Dédé dit :

    Hello. Un très beau reportage qui allie texte et photo et qui nous fait découvrir avec bonheur le quotidien de ces gens. J’ai rien en essayant de visualiser les dégâts de la fiesta et le gamin malade… pendant que tu essayais vainement de dormir. On pense que ces gens qui vivent dans des conditions si austères ne sont pas reliés au monde, et on apprend que finalement ce n’est pas le cas. Le téléphone sonne, le gamin joue aux jeux vidéos et même si les aliments ne sont pas apprêtés avec tout notre matériel électroménager high tech, les invités sont nombreux.
    Merci pour ce reportage qui me fait frétiller. J’ai envie de grands espaces. Bises alpines.

    • Christine dit :

      Les mongols ont beau vivre au milieu de nulle part, ils sont des experts en connexion. Ils sont pratiquement tous équipés d’un portable et en plus ils adorent les selfies 🙂 Ils ont en outre un vrai sens de l’accueil et ne font pas autant de chichis que nous lorsqu’ils reçoivent du monde. On ou plutôt je ferais bien de m’en inspirer un peu… Merci pour ton intérêt Dédé et bises de la plaine fribourgeoise.

  16. Pascal dit :

    Récit passionnant et très belles photos, que demander de plus ?
    Entre la yourte “animée” et la yourte sauna, je crois que j’aurais quand même choisie la yourte sauna 🙂

    • Christine dit :

      Contente que cela t’ait intéressé Pascal 🙂 Au lendemain de cette nuit mémorable, je me suis demandée si je n’aurais pas eu meilleur temps de rester dans la yourte mais vraiment sur le moment, ce n’était pas envisageable, j’ai cru faire un malaise tellement il faisait chaud…

  17. céline dit :

    Merci Christine pour le partage de ce nouveau récit de voyage et tes belles photos (je craque pour le portrait de ce petit garçon) !
    Et j’ai lu et adoré le livre de Sylvain Tesson ! 😉
    Bonne semaine !

    • Christine dit :

      Le portrait de ce petit garçon fait l’unanimité 🙂 comme S. Tesson du reste. J’ai moi aussi beaucoup aimé son livre qui m’a transportée et n’est pas étranger à ma décision de découvrir cette partie du globe en cette saison. Merci pour ton commentaire Céline et à bientôt

  18. Superbe article… et que dire des photos elles sont juste sublime. J.ai fait un joli voyage à travers ton récit.

  19. Une belle tranche d’aventure, j’ai pris du plaisir à lire ton récit !

  20. Polina dit :

    Encore de magnifiques clichés, encore un beau voyage… Je ne m’en lasse pas.

  21. […] l’avant veille,  nous partageons le quotidien de la famille mongole qui nous héberge à quelques kilomètres de là.  Ce matin, après avoir assisté à la traite des yacks, nous […]

  22. […] on sent que cette famille d’éleveurs est moins farouche que celle qui nous a hébergés sur les rives du lac Khövsgöl. Nos hôtes nous installent dans une grande yourte, propre et coquettement aménagée et nous […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content