Impressions romaines

Dans Petites virées un billet écrit par Christine le 6 juin 2013


1. Piazza Navone

Sur le perron de l’hôtel, je regarde incrédule les minuscules billes de glace sautiller sur les pavés noirs et luisant de la Via Borgo Pio. Quelques rares passants recroquevillés sous leur parapluie se hâtent de trouver un abri pour échapper au déluge. Et dire que lorsque mon amie et moi avons planifié cette escapade en janvier dernier, nous nous imaginions déjà flâner en robettes légères dans les rues ensoleillées de la ville éternelle et profiter de la douceur du printemps romain… La météo s’est hélas fait un malin plaisir de nous contrarier en nous gratifiant de toutes ses facéties. Températures fraîches, orages torrentiels, tonnerre et même grêle, rien ne nous a été épargné. Nous n’avons toutefois pas laissé le ciel ternir notre bel enthousiasme et avons arpenté l’ancienne cité de long en large pendant trois jours. Profitant de quelques  accalmies, nous avons pu savourer des apéros en terrasse et même manger un soir à l’extérieur (sous la tiédeur de chaufferettes).

Mais bref, parlons photo! L’avantage d’une ville comme Rome, c’est qu’il y a énormément de choses à photographier. L’inconvénient, et non des moindres, c’est que justement tout est archi connu et a déjà été photographié. Laissant à d’autres les couchers de soleil sur le Colisée ou la colonne de Trajan en contre-jour, j’ai pris le parti de rapporter de mon séjour des images différentes, de capturer des ambiances plutôt que des monuments clairement identifiables, au risque de m’entendre dire que mes photos sont ratées. Effectivement j’ai tâtonné, expérimenté, je me suis plantée aussi mais au final, j’ai à mon sens réussi quelques photos qui traduisent bien le sentiment que j’ai eu en musardant dans la capitale italienne. Il y a du monde, beaucoup de monde à Rome, une foule de touristes mais pas que. A chaque coin de rue, le passé architectural millénaire flirte avec la modernité d’un méli-mélo humain polyglotte, bigaré et finalement plutôt bon enfant. Alors si vous êtes d’accord, c’est à une petite balade impressionniste dans le centre historique de la Ville éternelle que je vous convie pour vous faire découvrir quelques uns de ses lieux les plus célèbres.


2. Chiesa di Sant’Agnese in Agone (sur la piazza Navone)

Nous commençons par la célébrissime Piazza Navone. La pluie a enfin cessé et un peu d’azur perce timidement la chappe plombée qui pèse sur nos têtes depuis le matin. Sur cette grande place de forme oblongue (c’était autrefois le stade de l’empereur Domitien), bordées de cafés et ponctuées en son centre de trois fontaines monumentales, nous nous laissons prendre au charme des musiciens, des diseuses de bonne aventure et autres artistes peintres. On ne se lasse pas d’observer le spectacle de ce va-et-vient incessant, de toute cette animation qui pulse au milieu de cette architecture séculaire…


3. Piazza del popolo

Mais, hop hop assez rêvassé, nous poursuivons notre balade vers le nord pour gagner la Piazza del popolo conçue sous les Médicis comme la porte d’entrée monumentale de la ville.  De part et d’autre du Corso, deux églises apparemment identiques (en réalité, leur coupoles sont différentes) font fonction de portes. Majestueuse avec son obélisque en son centre, cette immense place manque toutefois d’intimité à mon goût et ne me séduit pas plus que cela. Nous ne nous y attardons pas car j’ai envie de vous montrer mon coup  de coeur.


 4. Piazza Campo dei Fiori

De ruelles en placettes, nous faisons un peu de lèche-vitrine. Nous cherchons en vain un banc pour nous reposer avant de nous acheter une délicieuse gelato. Pour moi, ce sera chocolat blanc-basilic et toi tu choisis quoi? Nous arrêtons dix fois (au moins!!) pour faire des photos bien sûr et tout d’un coup, nous y voila. Le marché des quatre saisons qui se tient tous les jours sur la Piazza Campo dei Fiori n’est pas encore terminé. Des fleurs, des légumes, des épices, des pâtes de toutes sortes, la vie ici est pleine d’odeurs, de saveurs, de bruit joyeux. Entourée de charmantes vieilles maisons de couleurs chaudes, cette place est l’un des lieux les plus agréables de Rome.


5. Sur la piazza Campo dei Fiori, la statue de Giordano Bruno, un moine philosophe peu orthodoxe exécuté lors de l’inquisition

Après tant de marche, il fait soif, d’autant plus que c’est l’heure de l’apéro. Nous nous installons dans l’un des nombreux cafés et commandons un apérol, l’apéritif orange vif préféré des Italiens à base d’herbes, de plantes et de fruits. Confortablement installés, nous sirotons notre verre en regardant le démontage du marché, des enfants se chamailler, un couple s’embrasser… L’heure est douce, la tête me tourne un peu. L’après-midi touche à sa fin, la luminosité baisse soudainement et quelques gouttes me tirent de ma torpeur. La trêve a été de courte durée, le ciel se fâche à nouveau.


6. Ponte Principe Amedeo Savoia Aosta

Nous décidons de rentrer dare dare à l’hôtel et d’accélérer la cadence. L’orage nous surprend alors que nous traversons le Tibre. Le tonnerre gronde et le ciel nous tombe sur la tête. Le parapluie acheté à la hâte le matin à un marchand ambulant ne résiste pas (/&çç*”ç+%ç  camelote made in China).


7. La Via della Concilazione et la Basilique Saint-Pierre

C’est sous une pluie battante que nous longeons la Via della Concilazione, une des plus célèbres artères de la ville sainte qui conduit en droite ligne au Vatican. A croire que même le paradis prend l’eau…


8.

Un peu plus tard, séchés et reposés, nous ferons le chemin en sens inverse pour aller manger. Lavé de toutes ses colères, le ciel prendra la teinte caractéristique de ces heures tant appréciées des photographes, nous révélant l’immense allée sous un jour beaucoup plus serein.


9. Castello e Ponte San Angelo 
 

Et même l’imposant Castello San Angelo perdra de sa superbe guerrière pour pour apparaître subtilement esquissé dans la nuit tombante et les eaux sombres du Tibre…

Ouf, ça y est, vous êtes arrivés au terme de cette longue balade romaine. Vous avez été courageux de me suivre jusqu’ici. Vous devez être morts de fatigue et de faim. Installez-vous à notre table, vous avez bien mérité un risotto crémeux aux fleurs de courgette. A moins que vous ne préfériez des tagliatelle ai funghi porcini…

Back to Main Content

16 Responses to “Impressions romaines”

  1. Gine dit :

    Va pour les tagliatelle ai porcini! J’ai bien aimé la manière impressionniste, qui va bien à la ville sous l’eau… La 7 et la 8 sont les meilleures!

  2. Lison dit :

    En tout cas ce n’est pas la tiédeur quand tu as pris cette photo! Tu trembles de froid à ce point? Je plaisante, bien sûr.. belle photo qui suggère une atmosphère, des impressions. L’impressionnisme photographique.

  3. Marine dit :

    Je trouve également que les 7 et 8 sont les plus lisibles, mais j’aime aussi la 1, la 5, la 8…. La 1ère est celle qui me fait le plus penser à de la peinture. L’effet dans sa répétition est un peu lassant je trouve, mais l’idée est très sympa et joliment réalisée !

  4. Nathalie dit :

    Wahou! j’aime beaucoup ce style; ça me fait mener à de la peinture, des tableaux… c’est très réussi! ma préférée est la 5! merci… 🙂

  5. AniLouve dit :

    Je crois qu’il va tout de même falloir que je change d’opticien !
    Je charrie.
    Tu nous livres en fait plusieurs ambiances, avec des tons plus ou moins doux, des contours déformés jusqu’aux barres graphiques, des fondus et des camaïeux. Tout un pays de rêve.

  6. Marie dit :

    Très bon parti ces images différentes 🙂 à travers cette série, on ressent effectivement l’agitation de la foule, le bruit … la vie.
    Sauf sur les deux dernières (très belles) où le calme est revenu me semble-t-il …
    Bon WE Spiruline et merci pour cette atmosphère qui m’a transportée ;-))
    N.B. : c’est vers la 7 que va ma préférence : les teintes et le personnage à gauche qui dynamise l’image.

  7. Laurence dit :

    Bonjour ma chère cop’s ! Mais dis-donc, tu es prise d’une frénésie italienne à ce que je vois !!! Arf, comme j’ai envie d’aller flâner à Rome moi aussi !!!

    Concernant tes photos, je crois que j’ai une nette préférence pour la 7 et la 8 et je crois savoir pourquoi : c’est là où ton flou est le plus graphique et le mieux maîtrisé. J’aime bien aussi la 2 pour ses couleurs et pour les nuages vraiment cotonneux. Mais dans l’ensemble, il me semble qu’il manque un point fort à tes images. Alors que dans la 7 et la 8 la perspective et le dôme de la basilique jouent le role de point fort. En fait, je crois aussi que je suis déstabilisée par le fait que tu nous écris un texte très détaillé et au final très descriptif sur des images qui sont tout sauf descriptives.

    Allez, je te quitte, on doit aller prendre un apéro piazza delle erbe. Je boirai à ta santé !!!

  8. evelyne dubos dit :

    Suis en général pas très fan du flou intégral mais là je suis conquise par la 4 et la 7 et complètement sous le charme de la 5 !!
    Je retiens l’idée pour essayer. 🙂

  9. Caro dit :

    Coucou!
    Alors moi je suis conquise mais ce n’est pas du jeu, j’étais déjà convaincue par le flou et son côté artistique indéniable!
    Comme Laurence et d’autres la 7 et la 8 me plaisent particulièrement avec une mention spéciale pour la 7. Effectivement ce sont certainement celles qui proposent un flou qui semble parfaitement maîtrisé. J’aime beaucoup!

  10. ronan dit :

    Mais… c’est tout flou…
    🙂
    mon tiercé est 1,3,7 (dommage pour la 3 que tu n’est pas les pieds du couple de passants noir et bleu)
    Quel luxe tout de même, faire un beau voyage et ne prendre que des photos floues.

  11. Concernant le flou, je préfère quand il y a une présence humaine (je retire la 2, la 6 par exemple). Dommage par exemple que le personnage à gauche (photo 7) ne soit pas plus discernable. C’est celle-ci que je préfère.

  12. C’est une effectivement une belle promenade impressioniste que tu nous offre! ce flou de mouvement verticale est vraiment réussi et rend bien l’agitation, le mouvement perpétuel de la ville qui grouille toujours de monde…
    J’aime beaucoup la 1, 4, 6 et 7 notamment. elles ont une certaine douceur.
    C’est bien vu dans une ville qui est fascinante mais difficile à photographier!

  13. Véro dit :

    Merci pour cette balade romaine très “vaporeuse” 😉 J’ai une grosse préférence pour la fin de la série ou le flou est plus vertical (à partir de la 6). Et j’ai un gros coup de coeur pour la 7, j’aime beaucoup l’impression d’humidité et de mélancolie qu’elle dégage. (comme une journée pluvieuse en somme …)
    Bonne soirée

  14. Spiruline dit :

    Bonsoir à tous,

    Je vous avoue que j’étais vraiment curieuse de lire vos réactions à cette série, dont je me doutais bien qu’elle ne laisserait pas indifférent et qu’elle susciterait certaines réserves. Pour un sujet comme celui d’un week-end dans une ville archi touristique, j’avais vraiment envie de tenter une approche différente, plus personnelle et au final, je suis contente de lire que vous avez dans l’ensemble reçu positivement ces images. Je suis tout particulièrement heureuse de constater que plusieurs d’entre vous ont été sensibles aux pulsations de la ville, au mouvement incessant qui la parcourt car c’est très exactement ce que j’ai cherché à traduire dans mes photos en introduisant dans la majorité d’entre elles (6 sur 9)des personnages. Que certains d’entre eux aient les pieds coupés ne me perturbe pas plus que cela car de toutes façons dans ce genre d’images, on ne discerne pas vraiment de tels détails. Et en plus, compte tenu de la part d’aléatoire qui entre en jeu dans de telles prises de vue (les gens bougent et en plus on applique un mouvement à l’appareil photo), des cadrage rigoureusement précis ne sont pas possibles (ou alors j’aimerais bien qu’on m’explique comment…). A une ou deux exceptions près, je vous ai présenté ces photos dans l’ordre chronologique de leur capture, ce qui explique peut-être que les dernières vous paraissent plus maîtrisées. Après un après-midi d’exercice, je devais avoir le geste plus sûr.Vous vous doutez bien enfin que pour les 9 images que je vous présente ici, il y a eu de nombreux autres essais qui sont passés à la trappe. Je n’ai retenu que les photos qui, à mon sens, se distinguaient le plus les unes de autres (couleurs, compo, ambiances, lieux) pour éviter des répétitions mais il est évident qu’en présentant une série de 9 images prises selon la même technique, l’effet peut lasser. Quoi qu’il en soit, je vous remercie d’avoir pris la peine de commenter ces images et de m’avoir donné vos préférences. Ce sont toujours des indications très précieuses pour moi. A très bientôt.

  15. véronique dit :

    4 – 5 – 7 – 8
    mais en gros je les aime toutes bien sûr ! et je sais par expérience que ce genre de photos floues n’est pas facile du tout à obtenir ! enfin moi, j’y arrive pas !
    technique que vous semblez maitriser absolument Spiruline ! bravo
    tout devient beau sous vos yeux …

  16. Je ne les aimes pas toutes, mais j’adore tes expériences, la photo numéro 5 est celle que je préfère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content