Steve Mc Curry ou la leçon d’humanité

Dans Petites virées un billet écrit par Christine le 14 juin 2013

Ce qui frappe ce sont ces regards sans concession, sans fausse pudeur ni désir de séduire. Ces regards qui se plantent dans le vôtre, vous accrochent, vous interrogent et qui jamais ne laissent indifférents.

Ces regards sont ceux saisis par l’un des plus grands noms de la photographie. Je connaissais quelques unes de ses images mais n’avais jamais eu l’occasion de les voir exposées. Coup de bol, lors de mon escapade à Gênes au début avril, la fantastique exposition “Viaggio intorno all’Uomo” (voyage autour de l’homme) de Steve Mc Curry jouait les ultimes prolongations au Palazzo Ducale.

Laurence, notre coach lors de notre stage de “photografille“, a eu l’heureuse initiative de nous y emmener. C’est peu dire que cette exposition réunissant une sélection de plus de 200 photos couvrant plus de 30 ans de voyages et de rencontres de Mcc Curry à travers le monde m’ a fait l’effet d’une véritable claque tant elle était exceptionnelle.

Ce «voyage autour de l’homme” s’ouvre sur une galerie de portraits accrochés à des bâches noires translucides. Surgissant de l’obscurité dans laquelle ils sont plongés, ces visages d’enfants, de bergers, de femmes, de guerriers de tous horizons  s’interpellent, se superposent pour dire au-delà de la diversité du genre humain et avec beaucoup de dignité, le drame de la guerre, la précarité de la vie, la joie aussi.

C’est dans ce premier espace que j’ai pris les photos de ce billet. Outre la beauté de ces photos, j’ai été séduite par l’habile mise en scène qui, grâce au subtil jeux de transparence, permet d’appréhender tout à la fois les portraits et les visiteurs en différents plans successifs. 

La pénombre dans laquelle la salle est plongée  et l’éclairage savamment maîtrisé ajoutent encore à la magie de l’ambiance.

L’exposition se poursuit dans trois autres salles où le  photographe explore successivement le vertige de la guerre, de la douleur et de la peur (des images très dures, à la limite du soutenable pour certaines), puis la poésie et l’inattendu.

 Elle s’achève avec la projection d’une vidéo qui raconte la recherche de la jeune fille, devenue l’icône du conflit afghan sur les pages du National GeographicPrès de 20 ans après avoir pris sa célébrissime photo, Steve McCurry a réussi à retrouver Sharbat Gula. Si bien entendu elle a changé et pris quelques rides, l’artiste relève que son son regard n’a rien perdu de son intensité. La preuve en images!

Mac curry diptyque 
               @ Steve Mc Curry                                                                                 @ Steve Mc Curry    
        Sharbat Gula, Pakistan,1984                                                                 Sharbat Gula, Pakistan, 2002       

Back to Main Content

24 Responses to “Steve Mc Curry ou la leçon d’humanité”

  1. Pierre BOYER dit :

    Que d’humanité dans ce travail !
    Bonne journée,

    Pierre

  2. Gine dit :

    C’est passionnant! Et le dernier face à face m’a gardée accrochée… Difficile à se détacher d’une pareille confrontation!
    Merci!

  3. ELFI dit :

    fantastique.. comme gine, je trouve ces deux regards étonnants..mère et fille ou avant-après..?

  4. Marine dit :

    Merci pour ce magnifique partage Spiruline !

  5. Lison dit :

    EXCELLENT ! ton reportage comme les images; ce photographe apprécierait. Merci pour ce merveilleux moment; j’y reviendrai avec plus de temps devant moi. Je me souviens très bien de cette jeune femme…

  6. Merci de montrer ces photos! Steve Mccurry a un tel talent! Ses photos ne me laissent jamais indifférentes. elles ont une telle force! et c’est composition sont tellement belles!
    Tu l’auras compris c’est un de mes photographe préféré!
    Belle photos de cette belle exposition! J’aime l’élgance du noir qui met les photos en valeur! J’aime que tu ai souvent pris deux photos à la fois avec un joli jeu de profondeur de champ!

  7. Quelles superbes photos ! Tout est dans les regards. C’est un art que de saisir un instant éphémère.

  8. Marie dit :

    “Belle” leçon effectivement … ces visages sont magnifiques, riches d’expressions, de couleurs ; quant à la façon dont tu les as mis en scène, c’est vraiment très bien vu. J’aurais aimé voir une telle exposition, merci de la partager avec nous 🙂
    Je te souhaite un excellent week end Spiruline !

  9. Lucie dit :

    Un très grand photographe, et des images très belles et très colorées. Elles racontent toutes quelque chose à travers l’humain. J’avais eu de la chance d’être à Buenos Aires alors qu’il y avait une expo de Steeve Mc Curry, un très bon souvenir. Et puis bravo à toi, ce n’est pas évident de faire des photos de photos 😉

  10. ronan dit :

    la lumière et les couleurs, toujours.
    un petit lien vers une vidéo (un peu promo tout de même) sur la dernière kodachrome qui a été confiée à Steve Mc Curry : intéressant car on peut suivre un peu le bonhomme et voir sa façon de procéder.
    https://www.youtube.com/watch?v=DUL6MBVKVLI&noredirect=1

  11. evelyne dubos dit :

    Un travail magnifique, une expo que j’aurais adoré voir ! Merci de nous la faire vivre à travers tes clichés très réussis.
    C’est vrai que la démarche pour retrouver Sharbat Gula est bonne mais les autres ? ce qui me gène un peu dans ce genre de pdv professionnel c’est que l’auteur s’est fait des “cou….s en or” avec les portraits de personnes qui n’ont rien obtenu (ou pas grand chose…) en contrepartie…
    Sharbat 18 ans après : le regard bien que moins perçant est cependant bien reconnaissable !
    Dommage que dans la vie de tous les jours il doive se cacher derrière le tissu grillagé que je vois remonté là sur son front pour la photo. :-((((
    Bises et bon we.

  12. Spiruline dit :

    @Tous: Je constate que S.Mc Curry fait l’unanimité et c’est tant mieux car ses photos sont vraiment saisissantes. L’exposition qui s’est déroulée à Gênes en est la preuve, si besoin est. Initialement programmée de mi-octobre à fin février, elle a été prolongée au 7 avril et n’a pas désempli.

    @Ronan: merci beaucoup de compléter mon billet par ces liens. C’est effectivement un volet de l’expo gênoise dont je n’ai pas parlé. La vidéo est en anglais mais elle vaut le coup d’oeil!

    @Evelyne:Je comprends ta gêne. Le point que tu soulèves fait débat et la juste solution pas si simple à déterminer. Quoi qu’il en soit ta sensibilité à la cause des plus défavorisés t’honore.

    Très bon début de semaine à tous et à bientôt 🙂

  13. Donlope dit :

    J’adore ce photographe, ses images, sa démarche, son humanité…
    Le reportage qui raconte son utilisation de la dernière pellicule de kodachrome est juste magnifique, je te le conseille si tu ne l’a pas déjà vu:

    https://www.youtube.com/watch?v=DUL6MBVKVLI

    • Spiruline dit :

      Merci Donlope. Le lien que tu cites est le même que celui que Ronan nous a proposé. Effectivement, ce reportage est très intéressant et vaut d’y consacrer un peu de temps.

  14. Laurence dit :

    Supeeeeer les photos 🙂 Tu lui rend un bien bel honneur très chère Spiruline !! Alors effectivement, pour les amoureux de la photo et aussi pour tous les autres tant elles sont accessibles et parlantes, courrez vite si vous avez l’opportunité de voir une de ses expos ! Vous ne serez pas déçus.

    Juste une petite remarque sur cette jeune fille : j’ai compris de mon côté que Mc Curry pense que c’est elle (en tout cas elle lui a été présentée comme telle), mais il n’en est pas sûr à 100 %.
    Et puis je suis intriguée par le commentaire d’Evelyne dubos que je n’arrive pas à comprendre. Si Steve Mc curry se fait des c…. en or, il faut désormais qu’il garde ses photos pour lui, c’est ça, et qu’il abandonne du coup son métier de photo-reporter ? ou il faut qu’il retrouve tous ces gens pour leur donner une part de l’argent gagné ? Mais comment peut-il faire ? Il explique très clairement sa manière de faire et tous les portraits par exemple sont pris sur le vif, ils ne sont jamais posés. Ca voudrait dire qu’il doit prendre les coordonnées de tous ceux qu’il prend en photo car il risque de réussir des photos qui lui feront gagner sa vie, très bien certes, mais au prix quand même de quelques risques, non ? Il n’y a qu’à voir ses photos de guerre, je crois que sa rémunération est largement méritée. Bref, c’est vrai que c’est une question qui peut faire débat pour certains, mais à vouloir la soulever le risque est grand de tuer la photographie de témoignage.

    • Spiruline dit :

      Merci Laurence pour ton intervention. Pour moi la question qui fait débat est celle de savoir s’il faut ou non rémunérer les personnes que l’on prend en photo.Personnellement je considère que l’on peut aider les populations défavorisées autrement qu’en les rétribuant pour un cliché. Et sans vouloir me faire l’avocat de Mc Curry qui n’en a pas besoin, j’aimerais relever qu’il a créé ou à tout le moins qu’il participe activement à une organisation à but non lucratif destiné à aider la population afghane (http://www.imagine-asia.org/#/mission-statement). D’autres photographes célèbres, outre les liens réels qu’ils nouent avec les populations qu’ils photographient, ont des engagements similaires et s’impliquent de différentes manières en leur faveur, par exemple en versant un pourcentage de leurs droits d’auteur à des associations caritatives qui leur sont dédiées spécialement.

  15. Véro dit :

    Merci pour cette magnifique balade au milieu de l’expo. Sur certaines images, c’est vraiment étrange, si les personnages en premier plan n’étaient pas si typés, on pourrait croire qu’ils sont en train de visiter l’expo tout comme toi. Vraiment très très chouette !
    Bonne soirée

  16. Véro dit :

    Argh, erreur 503 service unavalaible … j’ai la flemme de tout retaper alors je résume : Un grand merci pour la balade, c’est tout simplement magique.
    Bonne soirée

  17. Marie dit :

    vraiment une expo superbe. Merci pour ton beau reportage !

  18. AniLouve dit :

    Impressionnant, ces yeux, ha la la, quelle démonstration !

  19. bonjour, un grand bravo pour cet “article”. Rendre hommage à cet artiste est une belle idée. On le connait tous pour son portrait de la femme afghane.
    On connait moins l’histoire de sa recherche pour la retrouver des années après. C’est fantastique la photographie.

  20. […] Steve Mc Curry en fait assurément partie. Se souvenant de mon enthousiasme après avoir découvert l’exposition de ce photographe à Genova, mes enfants ont eu l’heureuse idée de me l’offrir à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content