A la rencontre des ethnies Ann et Akha (2)

Dans Birmanie un billet écrit par Christine le 27 juin 2014

Retour dans les collines du triangle d’or en Birmanie. Dans le village érigé à flanc de coteau au coeur de la forêt tropicale, nous effectuons un véritable voyage dans le passé. Au milieu des maisons, ou plutôt des cabanes de bois perchées sur pilotis, nous cherchons en vain des adultes. Pendant que nous nous intéressons à un astucieux système d’irrigation suspendu en bambou qui dessert tout le village en eau, Ah Gar, notre guide, s’est éclipsé. Il revient  en nous faisant signe d’entrer dans l’une des habitations. Avant cela, il faut nous déchausser et emprunter une échelle abrupte pour gagner le 1er étage. Là, deux femmes, tout de sombre vêtues, les bras chargés de bracelets, nous accueillent. Le sourire noir de la plus âgée, la femme du chef du village, nous interpelle.

sans titre-184

Les Ann sont également connus pour leur boucles d’oreille et leur lobes allongés

Nous sommes chez les Ann, une minorité ethnique que l’on rencontre exclusivement dans la région de Kengtung. Cette population, essentiellement animiste, vit encore comme ses ancêtres et doit la couleur noire de sa bouche au betel, une plante grimpante dont elle mastique les feuilles à longueur de journée. Les femmes renforcent encore l’effet de cette coloration en s’enduisant les lèvres d’écorce carbonisée pour obtenir une bouche très « gothique ». C’est un signe de beauté et de respectabilité les distinguant des animaux qui seuls ont les dents blanches.

sans titre-132

L’épouse du plus haut dignitaire local nous offre du thé et des fruits. Assis à même le sol sur une sorte de terrasse, nous observons les lieux, un peu empruntés tout de même de nous retrouver là. La vue sur les montagnes environnantes est époustouflante. A travers le plancher, trois mètres en-dessous, on voit des animaux qui vont et viennent à leur guise. Des paniers suspendus servent de nichoir aux poules. La partie habitable, dépourvue de fenêtre, est très sombre. Il n’y a pas de chambre, rien qu’une vaste pièce, des nattes roulées dans un coin et au fond un immense chaudron au-dessus de quelques braises. A proximité, une  vasque remplie de riz (et de mouches) et c’est tout. La région étant située à près de 1000 mètres d’altitude, je n’ose imaginer  le froid qui doit régner dans ces sommaires cabanes durant la mauvaise saison.

sans titre-148

La femme nous explique que dix personnes vivent ici mais que presque tous les adultes du village travaillent aux champs durant la journée. Sa belle-fille, un peu en retrait, porte le plus jeune de ses trois enfants sur ses genoux et le nourrit de temps en temps. Son beau visage, teinté de  mélancolie attire irrésistiblement mon objectif.

sans titre-149

Je lui demande son âge, mais comme tous les autres membres de sa tribu, elle l’ignore. Je lui montre alors mon appareil photo et du regard, elle me fait comprendre qu’elle accepte une séance de portrait. Une autre de ses filles la rejoint et tous les trois m’offrent un très beau moment de complicité.

sans titre-162

Contrairement aux ethnies environnantes, les Ann refusent que leurs enfants fréquentent l’école. Ils doivent travailler et aider leur parents. Au cours de la conversation du reste, de nombreux gamins afflueront sur la terrasse piqués par la curiosité. Je frémis en constatant que ces mômes pas plus hauts que trois pommes escaladent les échelles comme de vrais petits singes en portant de surcroît sur leur dos des bébés. Mais ce qui effraient les parents occidentaux ne fait pas broncher les autochtones. Les femmes nous présentent des bijoux de leur fabrication. Les bracelets qu’elles portent aux poignets que je croyais massifs sont étonnamment légers. C’est de l’alu. Nous leur achetons deux ou trois babioles et leur remettons les médicaments et autres petits achats effectués par notre guide au marché de Kengtung. Nous prenons ensuite congé pour nos rendre un peu plus bas dans un maison occupée cette fois-ci exclusivement par des hommes. Dans cette société, les rôles des parents ne sont pas définis strictement. Pères et mères s’occupent indifféremment des enfants, tout comme ils se partagent les travaux des champs. Ce jour-là, les femmes étaient de corvée agricole. Les grands-parents sont également très présents.

sans titre-216

L’harmonie qui règne au sein de ce foyer est patente. Le jeune père s’occupe de ses enfants avec beaucoup de tendresse et d’attention.

sans titre-222

Quant au grand-père, la joie qu’il exprime lorsque nous lui  remettons les photos prises par une de mes amies un an auparavant, elle fait réellement plaisir à voir. Il les exhibe fièrement devant les siens, ponctuant toutes ses phrases de « Môn, Môn » qui dans cette langue, proche du Khmer,  signifie beau, bon, bien, merci … Bref, c’est semble-t-il un terme des plus positifs que nous nous empressons d’emprunter pour leur manifester notre contentement. Mais même lorsque l’on se balade hors du temps, l’heure tourne. Nous prenons congé de nos hôtes Ann pour poursuivre nos découvertes ethnographiques. Un nouveau sentier nous conduits à 15 minutes en amont jusqu’à un village Akha. En dépit de la proximité géographique, les tribus ne se mélangent pas et sont très différentes. Les Akhas (ceux-ci sont chrétiens) sont plus « civilisés » que leurs voisins Ann. Leurs enfants sont scolarisés et leurs maisons plus élaborées, bien qu’encore très basiques. A notre arrivée, des femmes portant la coiffe très particulière faites de boutons, de boules et de pièces d’argent qu’elles ne quittent paraît-il jamais, même pour dormir, se précipitent pour nous proposer de l’artisanat, essentiellement de la broderie. On sent que le tourisme est déjà passé par là.

sans titre-110-Modifier-Modifier-2-Modifier

Femmes Akha

Mais ce qui les fascinent surtout, c’est la stature de mon Romand préféré. Hilares, elles se battent pour être prises en photo à côté de son mètre 92 . L’homme de ma vie est ravi de se voir ainsi disputé par ces petites dames qui lui arrivent sous les aisselles.

sans titre-244-Modifier

Les villageois akha se sont organisés en communauté gérée par un chairman. Ici, plutôt que de distribuer des cadeaux, notre guide nous propose de faire un don qui sera utilisé pour la réalisation de projets communautaires comme un réservoir d’eau, des toilettes, ou une école. Nous passons volontiers  dans la maison du responsable local pour faire une petite offrande et boire le thé mais ne nous attardons pas davantage. Sous ces latitudes, le jour diminue très rapidement. A 18h00, il fait nuit noire. Durant le trajet de retour, nous demeurons silencieux, songeant à toutes les rencontres de la journée et aux conditions de vie réellement très difficiles auxquelles ces populations retirées sont confrontées. L’hygiène est déplorables et le manque de médicaments se fait cruellement sentir surtout pour les plus jeunes. La mortalité infantile est très élevée et certains enfants présentent des gros ventres, indice typique de malnutrition. Au cours de cette excursion, nous avons essayé en outre d’aborder avec notre guide la délicate question de la culture du pavot dans cette région. Officiellement, les autorités birmanes l’ont éradiquée mais nous avons bien compris, à travers les silences embarrassé de notre homme et ses sous-entendus, qu’elle était encore bien réelle. Nous n’avons bien entendu pas vu de champs de pavot mais il ne fait nul doute que la topographie accidentée des lieux  permet de cacher sans aucun problème ce qui doit l’être. Humainement, ce fut l’expérience la plus marquante de ce voyage. Nous avons vécu une journée dans une autre dimension, archaïque, primitive certes mais nous avons côtoyé des gens souriants, chaleureux, accueillants,  bien plus que le sont nombre de ressortissants du monde dit civilisé. Cette expérience m’habite aujourd’hui encore et pour longtemps. Elle  m’a donné le goût de voyager autrement pour mieux aller à la rencontre de l’autre, apprendre à le connaître et échanger avec lui. Ma vie ne me permet pour l’heure pas d’accomplir de tels voyages chaque année mais je compte bien dans un avenir plus ou moins proche me donner les moyens de repartir à la découverte d’autres peuples du monde.

Back to Main Content

32 Responses to “A la rencontre des ethnies Ann et Akha (2)”

  1. Cécile dit :

    Encore une fois un récit et un partage généreux, passionnant et très touchant. Merci de nous offrir des éclats lumineux de ce voyage qui t’a tant apporté, Christine.

  2. ronan dit :

    Le laquage des dents se pratique aussi dans le nord du Vietnam, les goûts et les couleurs hein…
    Je ne sais plus si je t’avais parlé de « Chroniques Birmanes » de Guy Delisle – notamment concernant certaines problématiques sous jacentes que tu évoques ça vaut le coup de lire ce livre.

    • Christine dit :

      Tu as raison, certains vitenamient ont également les dents noires. J’ai lu quelque part que les anciens se faisaient un point d’honneur de se laquer les dents pour se distinguer des Chinois. Et oui, tu m’as déjà parlé de Delisle mais honte à moi, je ne l’ai pas encore lu.

  3. AniLouve dit :

    C’est magnifique et très émouvant, et les portraits laissent sans voix. J’ai un faible tout particulier pour celle des hommes.
    « Môn, Môn » !

    • Christine dit :

      Ces hommes étaient très touchants. Ils étaient spontanés, bavards, très gais et montraient beaucoup de tendresse pour les enfants:-) Les femmes étaients beaucoup plus sur la retenue. En fait, j’ai appris par la suite, que les femmes Ann sont timides.

  4. haude dit :

    J’ai dévoré ton récit, comme tu l’écris, le retour c’est fait dans le silence, très marquante, comme intégrer cette rencontre si loin de ce que l’on connaît.
    merci, très intéressant et tes photos sont au top. Bravo!
    bon week-end, @ bientôt

  5. Quels beaux moments privilégiés tu partages avec nous. Tu me donnes envie d’aller dans d’autres destinations, à la rencontre de tous ces peuples.

    • Christine dit :

      Ils sont rares les endroits où l’on peut rencontrer des populations autant « préservées » de la population. Si tu as l’occasion d’en visiter, je ne peux que t’encourager à le faire. L’expérience est très enrichissante.

  6. Isa dit :

    Lors de mes voyages en Asie, j’ai toujours trouvé que le mode de vie et la culture locale me permettait de relativiser par rapport à ma vie d’européenne et pourtant je n’ai jamais vécu d’experience telle que la tienne ! J’ai toujours voyagé dans des régions à minima urbanisées ou bien à l’inverse en totale autonomie avec des guides durant les treks ..
    J’imagine donc aisément combien ces rencontres ont dû te toucher 😉

    • Christine dit :

      L’expérience d’un trek me tente beaucoup également mais il faudra que je me trouve un autre compagnon de voyage, mon Romand n’est pas du tout chaud pour ce genre d’expérience.

  7. Isa dit :

    Je ne connaissais pas ces ethnies ainsi que cette pratique de se noircir la bouche. Ces femmes sont très belles avec leurs bijoux. Je suis allée chercher la définition de l’animisme, belle philosophie… Beaucoup de plaisir à te lire et tes photos sont un bel hommage à ce peuple. Continue à nous faire découvrir des contrées lointaines… tu excelles en la matière.
    Bon week-end Christine !!

    • Christine dit :

      Je rêve de refaire un voyage comme celui-là mais ce n’est pas au programme actuellement. J’espère que l’année prochaine m’offrira plus d’opportunités;-)

  8. Merci pour ce partage ! Ces rencontres sont vraiment très émouvantes et tu as un don pour nous raconter ces moments magiques ! Bon WE Christine.

    • Christine dit :

      En écrivant ces billets, j’essaie vraiment de traduire les émotions ressenties sur le moment. Ton comm me fait donc particuièrement plaisir, Laurence. A bientôt.

  9. Françoise dit :

    cela u être une superbe rencontre! Il y a de très beaux portraits. j’ai un coup de coeur pour cellui de l’enfant qui a une larme à l’oeil. en tout cas quelle expérience je comprends que tu veuilles faire d’autres voyages de ce type!

  10. Polina dit :

    Ce qui m’a toujours interpellé chez les personnes vivant là-bas, c’est la profondeur et la lumière de leur regard, incroyable ! Et c’est toujours un immense plaisir de m’évader à travers tes mots et ton objectif, je m’y croirais presque.

  11. Olala, j’arrive sacrément en retard ! C’est bizarre, j’ai l’impression que mon flux rss n’a pas fonctionné …

    Bref, là n’est pas l’important. Tu as réussi de magnifiques photos et cet épisode de ton voyage, comme je te l’ai déjà dit, est celui qui est de loin le plus intéressant à mes yeux. Comme je comprend que tu te sois sentie frustrée de ne pas rester plus longtemps. Il y aurai tant à découvrir de ces hommes et femmes qui vivent si différemment de nous !

    Je tique juste sur le fait que tu nous dises que tu as fait « un voyage dans le passé ». Je suis sûre et convaincue à 1000 % que tu n’as pas voulu porter de jugement de valeur (je te connais, tu es une vraie humaniste !), mais je ne peux m’empêcher lorsque je lis des expressions comme celles-ci d’être mal à l’aise tant cela peut alimenter des confusions. Le fait est que ces populations, au contraire de nous, ne vivent pas en exploitant d’autres populations. Je t’invite, ainsi que tes lecteurs, à faire ce test : http://slaveryfootprint.org/survey/ . C’est édifiant sur la notion de progrès et nous avons bien de quoi remettre en cause notre mode de vie dit « moderne ».

    Merci en tout cas de nous offrir ce beau reportage qui nous rappelle que l’important dans un voyage, c’est la rencontre avec l’autre !

    • Christine dit :

      Toujours aussi pointue chère Laurence 🙂 Effectivement, loin de moi l’idée de porter un quelconque jugement de valeur. Peut-être aurais-je dû parler d’un voyage dans une autre dimension ou alors, pour reprendre les mots de Salgado que je suis en train de lire aurais-je dû écrire que j’ai rencontré une culture  » où le temps se déroule au rythme du passé ». Sur ce , Je m’en vais aller faire ce test dont tu me parles et surtout préparer ma valise hé hé…

  12. evelyne dubos dit :

    Magnifique reportage, de beaux moments forts à la rencontre des autres, tout ce que j’aime!
    Ça me rappelle un peu la région longtemps restée isolée de Danian en Chine et ses villages de minorités ethniques Miao, Dong ou Yao.

    • Christine dit :

      Ah oui, je suis sûre que l’on s’entendrait très bien en voyage toutes les deux:-) Je ne connais pas toutes les etnies chinoises dont tu parles mais je vais de ce pas me renseigner. A bientôt Evelyne.

  13. Anne dit :

    Quelle magnifique série de portraits! C’est beau et touchant! Merci!
    Je rêvais déjà d’y aller, mais là, cette envie devient irrépressible!

  14. Pancho dit :

    Beau partage que tu nous offres là!!! Les photos sont superbes, le récit pudique et généreux à la fois..
    J’ai une tendresse particulière pour les larmes de la petite fille
    Merci

  15. Aurore dit :

    Plaisir de lire ton compte-rendu sensible de cette rencontre humaine, merci pour le partage ! En image, c’est réussi aussi, notamment les photos de famille et celle de l’enfant qui pleure, poignante.

  16. Pascal dit :

    Tes portraits sont superbes !
    Je pense que je suis passé par les mêmes villages car je crois reconnaître certains visages.
    Les femmes Ann éclataient de rires quand elles voyaient nos dents blanches… c’était vraiment très étrange comme atmosphère.

  17. quynh dit :

    Beau reportage avec les photos magnifiques , quang je suis alle au Laos j’ai aussi vu des Akha mais ils semblaient bien distants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content