Birman Beauty

Dans Birmanie un billet écrit par Christine le 7 janvier 2014

Birmanie-Nikon-139

C’est l’une des premières choses que l’on remarque en arrivant en Birmanie. Pratiquement toutes les femmes et les enfants portent sur le visage un étrange badigeon couleur crème appliqué de manière plus ou moins artistique. On s’interroge sur les raisons de cette pratique et on imagine aussitôt un maquillage tribal aux obscures significations. La vérité est tout autre.

Birmanie-Nikon-130

C’est que dame birmane est coquette et très soucieuse de la qualité de sa peau et de celle de ses enfants. Pour leur conserver douceur et pâleur de bon ton (non il ne fait pas beau être bronzé sous ces latitudes), elle utilise l’écorce et la pulpe de l’arbre de tanaka qu’elle réduit en poudre au moyen d’un petit mortier et qu’elle mélange avec de l’eau.

Birmanie-Lumix-1-150

Marchande de tanaka au marché de Kalaw

Ce bois que l’on trouve sous forme de bûchettes sur tous les marchés, en poudre ou en crème dans certaines échoppes, est intimement lié à la vie quotidienne.  Il constitue un rituel beauté incontournable. Véritable baume d’entretien de la peau, on lui attribue en outre des vertus anti-septique, anti-moustique, anti-acnéique et anti-rides. C’est également un filtre solaire efficace. La panacée pour deux francs six sous pour autant que l’on  prépare sa mixture soi-même!

Birmanie-Nikon-117

Jeune homme portant des dessins au tanaka

Femmes et enfants ne sont pas les seuls à apprécier ce produit miracle. Même s’ils arborent plus rarement des dessins sur le visage, certains hommes l’ont également adopté. C’est le cas notamment des pêcheurs du Lac Inle qui se protègent ainsi de l’intense réverbération solaire.

 Birmanie-Nikon-144

Tanaka, version discrète

Il existe différentes manières de préparer  son mélange. Fluide, la préparation quasiment invisible s’utilise comme une lotion . Il faut alors s’approcher vraiment très près  pour déceler de petits résidus blanchâtres sur la peau.  Plus épaisse, la pâte est réservée au maquillage du visage. Les motifs dépendent uniquement de la créativité et du sens artistique de chacun. Notre guide par exemple nous a avoué ne pas aimer porter de dessins sur le visage. Elle utilise toutefois tous les jours le tanaka en lotion faciale.

Birmanie-Nikon-140

J’ai bien évidemment voulu moi aussi tester le tanaka. Son parfum délicatement citronné et sa texture rafraîchissante en font un produit très agréable au moment de son application. J’ai un peu moins aimé les tiraillements qu’il procure une fois sec, avec cet effet un peu croûteux que l’on ressent lorsque l’on se fait un masque d’argile. Je ne l’ai donc pas adopté mais si vous avez envie de  bénéficier des propriétés matifiantes, adoucissantes et assainissantes de la poudre de tanaka, vous pourrez vous rendre dans votre parfumerie la plus proche et demander par exemple ce masque ou cette poudre compacte qui en contient.

Alors dite-moi, connaissiez-vous cet élixir de beauté?

Back to Main Content

23 Responses to “Birman Beauty”

  1. AniLouve dit :

    L’enfant de la première photo est magnifique. Fille ? Garçon ? Avec un motif très bien appliqué sur les joues. Mais pour une protection (soleil ou moustique) mon esprit tordu imagine un effet pochoir désastreux. C’est juste un sourire bien entendu, absolument pas une critique.
    Tes portraits sont très réussis, et les sourires sur les visages., sont empreints de douceur, j’aime énormément les deux dernières femmes.

  2. thursday dit :

    Je n’avais jamais entendu parler du tanaka, merci pour ce petit reportage très intéressant..
    Dans cette belle série j’ai une préférence pour le premier portrait d’enfant qui est à la fois très lumineux et très doux. Et j’adore la composition du portrait du jeune homme portant des dessins au tanaka. Je la trouve vraiment très réussie.

  3. Cécile dit :

    Quels jolis portrait! Et non, je n’avais jamais entendu parler du tanaka. La femme au cigare est étonnante, le mélange et irrésistible le sourire éclatant de la femme de la dernière photo.

  4. Gine dit :

    Je ne connaissais rien de ce rituel de beauté! ni de cet arbre, dont j’apprends que le fruit est également comestible. Cela te donne l’occasion de nous présenter une belle série de portraits dont le dernier est mon préféré! Comment ne pas aimer ces yeux fendus, les dents de la chance, et la franchise de ce visage?

  5. Marie dit :

    De très jolis portraits, des visages très démonstratifs (ils se laissent facilement prendre en photo, ? ….). La première photo est vraiment très belle 🙂
    Ta nouvelle plateforme est décidément très accueillante et met bien en valeur tes reportages … encore bravo pour ce changement !

  6. Pastelle dit :

    De très beaux portraits, en particulier la première et les deux dernières femmes.
    Merci aussi pour les explications. Je ne connaissais absolument pas. C’est assez curieux. La dernière serait magnifique sans ce truc sur la figure. Je veux dire à mes yeux d’européenne. Si je sortais ainsi j’aurais l’impression d’avoir oublié d’enlever mon masque de beauté. 🙂

  7. Je n’avais jamais entendu parler de cette poudre mais je m’étais interrogée sur « ce masque » que l’on voir souvent sur les birmanes. Les photos des enfants sont magnifiques et la première assez fascinante. Petit garçon ou petite fille ? Merci de nous faire partager ce voyage, je me régale !!

  8. Christine dit :

    Bonsoir à toutes, je vois que tout comme moi avant ce voyage, vous ne connaissiez pas le tanaka et ses multiples propriétés. C’est vrai que ce « tartinage » facial nous surprend, mais en Birmanie, il est tout à fait courant. Bon je dois quand même avouer ne pas avoir vu beaucoup de femmes en avoir autant sur le visage que celle de ma dernière photo. Généralement, elles se contentent d’en mettre sur les joues. Et merci à Gine de m’apprendre qu’ en plus le fruit de cet arbre est comestible 🙂 La première photo est celle d’une petite fille que j’ai découvert en train de jouer avec un ballon de baudruche dégonflé (c’est le truc orange que l’on voit sur son doigt) dans un temple. Tout comme bon nombre d’asiatique,s elle n’était pas farouche du tout face à l’objectif et sa maman qui se trouvait à proximité ne s’est pas opposée à ce que je la prenne en photo. L’Asie est vraiment un bonheur pour les photographes! La balade en Birmanie va continuer, j’ai encore beaucoup de chose à vous montrer et à vous raconter. Bonne soirée et à bientôt.

  9. isa dit :

    un geste que nous devrions peut être faire un peu plus souvent au lieu de nous exposer constamment la peau au soleil …
    Globalement , les asiatiques ont de très belles peaux , plus ou moins foncés mais avec très peu d’imperfections.

    • Christine dit :

      Les asiatiques sont très prudents avec le soleil. Chapeau, ombrelles, parapluies, vêtements couvrants etc… leur panoplie anti-solaire est impressionante parfois. Ceci dit, ils ont bien raison! Je suis du plus en plus prudente avec Phoebus. De toute manière, être bronzée, ça me vieilli 😉

  10. Françoise dit :

    Je ne connaissais pas du tout! C’est assez étonnant. je me demande quelles sont les significations des applications artistiques…
    J’aime beaucoup la première photo. On sent la jeune fille coquette avec le rouge à lèvre et le produit appliqué si parfaitement! et puis la dame avec le cigare est extraordinaire. elle le porte tellement bien. Une belle série de portrait!

  11. Christine dit :

    Je crois qu’il ne faut pas chercher d’autres significations qu’esthétiques à ces dessins. Je trouve qu’il émane beaucoup de douceur des visages Birmans et en plus ils ne sont vraiment pas farouches, avec l’objectif. J’essaie cependant à chaque fois de rester respectueuse quand je les prends en photo. J’ai été assez choquée par le comportement de certains occidentaux qui à mon sens agressaient les gens avec leur appareil. Merci de ton passage Françoise.

  12. Polina dit :

    Des visages d’une infinie douceur ! J’ignorais que les femmes birmanes portaient cette tradition, un grand merci pour ce partage !

  13. Laurence Chellali dit :

    Me voici enfin re-connectée !!!!

    Ces visages, au-delà de la tartine bio (et ceci dit avec mon plus grand respect mais qui est révélateur une fois de plus de nos différences culturelles face à l’esthétique), respirent la joie et la bonne humeur. J’imagine que tout le monde n’est pas toujours de bonne humeur quand même, mais tu as réussi à saisir ces personnes pile poil au bon moment. Un grand bravo et merci pour cette leçon de beauté 🙂

    • Christine dit :

      Certaines ethnies sont moins souriantes et coopérantes mais là j’ai eu de la chance. Quant à l’idée que l’on se fait de la beauté, elle est terriblement subjective et dépend effectivement du contexte. En Birmanie , je me suis surprise notamment à me demander pour quelle raison dans mon quotidien helvétique je m’infligeais des talons hauts. Là-bas, la question des chaussures ne se posent même pas, tout le monde est en tong. C’est finalement très reposant 😉

  14. Mini-toi dit :

    Je crois que je vais m’en aller vivre là-bas =) Au moins ça m’évitera de pester sur ma couleur de peau blanchâtre qui s’obstine l’été à ne pas bronzer. Ces portraits sont plein de douceur et sont très touchants. J’aime beaucoup ce genre de série. Thumbs up mam’s !

  15. haude dit :

    J’ai également remarqué ces visages peints, maintenant j’en connais le secret exact.
    On n’imagine pas du tout chez « nous » sortir ainsi avec un masque sur le visage. Nos regards sont bien différents.
    Très belle ta galerie de portraits.
    bon week-end, Haude

  16. evelyne dubos dit :

    Une belle série de portraits (extra les 2 derniers) ! Je connaissais l’utilisation de ce produit mais j’avais rarement vu l’utilisation sous la forme d’un dessin comme sur la 1ère.
    Merci pour l’explication détaillée. 🙂

  17. Bruno dit :

    Eh ben!!
    Que de changement ici!!
    J’adore…mais comment as tu fait pour changer la physionomie de ton blog?
    Pour la peinture des visages…inconnu pour moi

    • Christine dit :

      Ravie de te relire Bruno 🙂 Déménager son blog de plateforme, c’est toute une histoire. Comme je l’explique dans mon billet « crémaillère et coming out », c’est une copine douée en informatique qui a assuré (à distance puisqu’elle habite en Italie) la migration. Seule, j’aurais été bien incapable de faire tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content