De Buda à Pest

Dans Petites virées un billet écrit par Christine le 5 mai 2014

sans titre-17-Modifier

Je le regarde traîner sa valise à roulette sur le tarmac. Avec son mètre quatre-vingt-cinq, ses grandes paluches, sa voix grave, c’est un homme désormais. Il était vraiment temps que je l’emmène  faire une petite virée en tête à tête, car sous peu, c’est avec son amoureuse et plus avec sa mère qu’il voudra voyager…

Partir quelques jours seule avec l’un de mes enfants est toujours un très grand bonheur. Loin des copains, du boulot et des tracasseries du quotidien, ces escapades nous permettent de retrouver une complicité que le quotidien rend plus difficile. A la faveur d’une offre de voyage particulièrement attractive, c’est Budapest que j’ai choisi de faire découvrir à mon fils en ce début avril.

J’avais entendu parler de la capitale hongroise comme d’une très belle ville, réputée pour son architecture et sa douceur de vivre. Arrivés en fin d’après-midi, nous n’avons pas tardé à découvrir que sa réputation n’était pas usurpée. Bien décidés à profiter au maximum de ces 72 heures sur place, nous sommes immédiatement partis à la découverte. Un peu désorientés, nous avons commencé par arpenter à pied l’élégante Andrassy ut, un magnifique boulevard planté d’arbres sur 2,5 km. Et c’est le nez en l’air que nous avons admiré  la richesse architecturale de cette artère qui lui doit d’être inscrite tout entière au patrimoine mondial de l’Unesco. Avec ses belles façades hausmanniennes, la capitale hongroise a un petit côté parisien, la frénésie en moins.

 

archi2

Ce premier repérage nous a conduits jusqu’aux rives du Danube et au fameux Pont des chaînes qui relie les deux parties originelles de la ville.

pont chaine

Budapest est en effet née  en 1873 de l’union de deux cités très différentes séparées par le fleuve. A l’Ouest, Buda, la verte au relief rythmé, est le centre historique alors que Pest, plus récente s’étend sur les terres basses de la rive orientale.

budapest

Nous avons consacré notre premier jour plein à la visite de Buda, perchée sur sa colline. On y accède en empruntant un sentier pentu ou, si l’on veut économiser ses jambes (mais pas son portemonnaie!), le Siklò, un ancien funiculaire mis en service en 1870.  Au sommet, le Palais royal baroque, la galerie nationale hongroise et l’église Matthias couverte de tuile en céramique forment un incroyable méli-mélo architectural témoin des aléas de l’histoire du pays.  Les ruelles typiques bordées de petits immeubles colorés ne manquent pas de charme mais hélas, au moment de notre visite, elles étaient partiellement défoncées dans l’attente d’un nouveau pavage.

Buda ruelles nv

L’endroit est très touristique mais le panorama y est exceptionnel. Le Bastion des pêcheurs, une fantaisie du 19ème siècle que l’on dirait tout droit sorti d’un conte médiéval, offre une vue  incroyable sur la ville et le Danube.

Bastion pecheurs

Le lendemain, nous avons sillonné Pest, la majestueuse,  où la vie hongroise est plus palpable avec ses grandes places animées, ses restaurants, ses théâtres, ses boutiques et ses marchés. Nous  nous sommes attardés devant le Parlement le long du Danube et avons continué jusqu’à l’imposante basilique St-Etienne, tout en nous arrêtant pour siroter des limonades artisanales absolument délicieuses.

basilique diptyque

En voyage, surtout lorsque j’ai peu de temps, je préfère flâner dans les rues et prendre la température de la ville plutôt que d’enchaîner les musées. Nous avons par conséquent beaucoup marché. La capitale hongroise n’est pas très grande mais il arrive fatalement un moment où les distances entre les différents quartiers ont raison de notre énergie. Heureuseent, à Budapest, les transports publics sont particulièrement bien développés. Trams, bus, trains de banlieue, métro permettent de se déplacer rapidement et sans problème. Le métro, le plus ancien d’Europe, après celui de Londres, a un charme délicieusement rétro avec ses gares décorées de petits carreaux blancs et rouges et ses voitures d’un autre âge. Le contraste entre les trois lignes historiques et la nouvelle  inaugurée une semaine à peine avant notre arrivée est frappant. En changeant de direction, nous sommes d’un coup passés de la fin du 19ème siècle à une ère futuriste dans des stations flambant neuves et profondément enfoncées dans le sous-sol. Quant aux véhicules jaunes du tramway, ils ont tout autant de charme avec l’avantage de permettre de contempler la vue en surface. Quel que soit le moyen de transport emprunté, mieux vaut être muni d’un ticket valable et dûment composté. Les contrôles sont très fréquents et les hongrois ne plaisantent pas avec les resquilleurs. Nous avons pour notre part opté pour un pass de 72 heures valable sur tous les moyens de transport, ce qui nous a vraiment simplifié la vie.

  metro

Si les musées ne sont pas ma priorité, les marchés sont des endroits que j’affectionne tout particulièrement. C’est là que bat le poul de la cité, là où souvent on a l’occasion de rencontrer les gens du cru. A Pest, je ne pouvais  donc manquer le  grand marché couvert Nagycsarnok (pas facile hein!). Le bâtiment, une immense halle à structure métallique fortement influencée par les travaux de Gustave Eiffel, vaut à lui seul le déplacement. Sur deux étages (trois si on compte le sous-sol), on vend de tout, de l’alimentaire aux babioles artisanales pour touristes. En ce qui nous concerne, c’est le nombre incroyable de boucheries qui nous a frappé. Les hongrois sont manifestement de vrais carnivores. En arrivant sur les lieux, je m’imaginais déjà pouvoir, comme en Asie, réaliser quelques jolis clichés dans les étals mais j’ai rapidement déchanté. Les habitants de Budapest n’ont pas la décontraction des asiatiques face à l’objectif et à chaque fois qu’ils me repéraient, ils disparaissaient aussitôt ou m’opposaient un non farouche.

 Buda marche

Ces quelques jours à Budapest nous ont permis de découvrir un joyau architectural à l’incomparable charme fin de siècle.  Son centre, relativement petit, se prête idéalement à un week-end prolongé. La langue, originellement apparentée au finnois, ne ressemble à aucune autre et ne permet hélas pas de dialoguer véritablement avec les autochtones. Mémoriser les noms des rues ou lire et prononcer ceux des stations de métro relève de l’exploit mais heureusement, l’anglais, parlé essentiellement par les jeunes, permet de se débrouiller. Nous n’avons pas tout vu de la capitale hongroise et si l’occassion m’étais donnée, j’y retournerais volontier. J’irais alors à coup sûr me baigner. Budapest est un ville d’eau qui compte un nombre impressionnant de sources d’eau thermale et minérale. Des thermes romains aux bains ottomans, des établissement Art nouveau et au Spas modernes, les occassions d’aller barboter dans des cadres somptueux ne manquent pas. J’en profiterais également pour aller voir un spectacle à  l’Opéra et passer une soirée dans l’un ou l’autre de ces très à la mode “ruins bars” installés dans des bâtiments désaffectés et décorés d’objets de récup. Si la gastronomie ne nous pas fait très forte impression (mais nous n’avons pas non plus cherché  à faire de grandes tables), les pâtisseries sont à tomber. Je ne me priverais donc pas de m’offrir à nouveau une tranche de somloi galuska (gênoise garnie de chocolat et de chantilly) dans l’une des innombrables pâtisseries de la capitale. J’éviterais par contre les cafés historiques, au cadre désuet certes charmant, mais aux tarifs totalement rédhibitoires.

waterlogue

Cette escapade urbaine étant essentiellement dédiée à mon fils, il n’était pas question que je reste rivée à mon appareil photo à traquer l’instant décisif ou la bonne lumière. A l’exception d’un petite balade nocturne solitaire lors de laquelle j’ai pu consacrer un peu de temps à la photo, je me suis contentée de saisir quelques clichés cartes postales à la va-vite. J’ai par conséquent choisi de vous présenter mes images d’une manière différente de ce que je fais habituellement, sous forme de pêle-mêles, un peu comme si je vous ouvrais l’album familial de notre séjour. Et j’avais envie de partager également avec vous une petite application ludique et vraiment bluffante découverte récemment.  Pour ceux qui comme moi sont nuls en dessin et rêvent de pouvoir illustrer leurs albums de vacances à la manière de carnets de voyage, Waterlogue  permet de transformer sur votre téléphone des photos en aquarelle au rendu plutôt convaincant.

Back to Main Content

26 Responses to “De Buda à Pest”

  1. Merci pour cette balade qui m’a rappelé de bons souvenirs. J’y suis allée il y a un peu moins de 10 ans et j’avais adoré me balader dans les rues de la ville. C’était en hiver, et je garde un souvenir sportif et totalement régressif de la patinoire en plain air. Bref, j’ai rebalayé la ville via tes photos avec un immense plaisir !

  2. Nathalie dit :

    Merci Christine pour ce partage; j’aime bien ta mise en page dynamique… ça s’y prête bien! encore une fois, tu donnes envie d’y aller… une bonne idée de destination pour un we prolongé.

  3. Cécile dit :

    Un délice que tes articles parlant de tes voyages: quelle que soit la destination, je suis charmée. La météo a visiblement été de la partie pour vous offrir un beau week end de souvenirs: c’est formidable. Bref, j’ai envie de visiter!!!

    • Christine dit :

      Le ciel a été clément effectivement. Il ne faisait pas très chaud mais c’était parfait pour visiter. Merci Cécile.

  4. AniLouve dit :

    Tu fais bien de t’escapader ainsi avec ton fils, et merci pour le partage. J’espère un jour aller visiter cette ville.

    • Christine dit :

      Je te le souhaite.:-) Quand à mon fils, je ne pense pas avoir de si tôt l’occasion de repartir avec lui. Donc j’ai savouré!

  5. Merveilleux voyage, partir à Budapest de bon matin, en un seul clic, est un luxe que je savoure. Beau partage avec ton fils, vous vous êtes certainement “enrichis” l’un l’autre. Cette application est formidable, je m’attendais à ce que tu présentes un autre côté de ton art, à savoir l’ aquarelle. Ah, ce monde du progrès technique ! Bises. brigitte

    • Christine dit :

      Je suis ravie de t’avoir fait voyager ce matin, Brigitte:-) Pas de risque que ce blog se transforme en blog de dessin, j’ai deux mains gauches pour tenir un pinceau ou un crayon. J’ai montré cette application à un vrai aquarelliste qui a été épaté par le rendu obtenu. Il ne faut pas en abuser car l’effet peut lasser mais elle peut être utile selon ce que l’on cherche à faire.

  6. Merci pour cette belle promenade d’une ville que nous ne connaissons pas ; mais en regardant vos photos et dessins…, on se dit que ce n’est qu’une partie remise. Les gâteaux sont certainement bons, autrefois sous l’influence d’Autriche !

    • Christine dit :

      L’influence autrichienne ne se fait pas sentir qu’en pâtisserie! Je suis sûre que vous auriez beaucoup de plaisir à découvrir cette ville, Mesdames.

  7. Aurore dit :

    Merci Christine pour ce récit de voyage très documenté ! Pourrait me servir dans les mois à venir, une ville que j’ai très envie de connaître (depuis longtemps) ! Tes photos du métro sont (entre autres) très réussies.

    • Christine dit :

      Cette ville est très photogénique. SI j’avais été seule, je serais restée beaucoup plus longtemps dans ce métro, surtout dans la nouvelle gare à l’architecture très intéressante. Bonne fin de semaine Aurore.

  8. Polina dit :

    Décidemment Christine, ton esprit est des plus inspirants ! Je n’ai jamais mis les pieds à Budapest, et la présentation que tu en fais m’incite à découvrir ce coin du monde…Un beau récit de voyage !

  9. Merci très chère cop’s pour cette si jolie visite guidée de ce coin du monde !!

    L’application “aquarelle” est vraiment bluffante !! Je me demande bien ce qu’elle peut rendre si tu imprimes une photo sur un papier aquarelle justement. Tu as ou tu vas essayer ?

    • Christine dit :

      Pour le moment, je n’ai pas l’intention de faire un tirage papier d’une de ces aquarelles mais pourquoi pas, si vraiment l’une d’elles me plait particulièrement. Je retiens ton idée d’utiliser du papier aquarelle et ne manquerai pas de te parler du résultat.

  10. Seb F. dit :

    Coucou !
    Ca fait un bail que je n’ai pas pris le temps de commenter tes billets, désolé !

    Je rêve de visiter Budapest un jour, et là tu ne m’aides pas franchement à temporiser ; je ne te remercie pas 😉

    Plus sérieusement , conquis par les photos ET les aquarelles également !

    Good job 🙂

    • Christine dit :

      Quel plaisir de te relire ici Séb 🙂 Allez, arrête de rouspéter et réserve un billet. Il y a des offres tout à fait raisonnables depuis Genève et je suis sûre que Mme Séb adorerait un w-e dans cette ville so romantic…. A bientôt

  11. evelyne dubos dit :

    Merci pour cette balade-découverte au rythme de tes mots et photos. Très sympa l’effet aquarelle !

    • Christine dit :

      Budapest, c’est un chouette dépaysement pour un w-e pas trop loin de chez nous et pas trop cher. Quant à cette appli, elle me permet de frimer la moindre 😉

  12. Pastelle dit :

    Totalement fan de ta présentation et de cette application que j’ai téléchargée aussitôt tellement je trouve ça joli. Malheureusement elle ne fonctionne pas sur mon vieil iphone, snif. Il faut au minimum le système 7 et il semblerait que je ne l’aie pas. Je suis très curieuse de voir ce que ça donnerait sur un portrait, si tu veux bien essayer à l’occasion. 🙂
    Mais j’aime aussi et surtout toute la variété de tes images et de ton regard, même à la va vite…

    • Christine dit :

      Dommage que cette appli ne fonctionne pas sur ton téléphone. Je ferai un portrait ce w-e et t’enverrai le résultat en peinture. Il y a plusieurs filtres qui permettent des effets différents,, notamment pour un rendu plus illustration que peinture. Je testerai. A bientôt

  13. Anne dit :

    Voilà qui donne envie!
    Ah, il me semblait que c’était Waterlogue, le rendu est vraiment sympa! (et moi aussi, je rêve de pouvoir illustrer des carnets de voyage….)

  14. haude dit :

    Merci pour la balade, voyager avec son fiston, instant suspendu et surement bien agréable.
    Les aquarellles sont bluffantes, l’effet est très réussi.
    bonne semaine @ bientôt haude

  15. Merci pour la balade, c’est vraiment une belle ville, agréable, à dimension humaine !

    Ca me rappelle le séjour que j’avais fait, à peine plus long (juste pour avoir le temps d’essayer les bains et de visiter quelques monuments et musées en plus) :
    http://nicolas.fraineau.free.fr/dotclear/index.php?post/2013/05/03/Petit-vir%C3%A9e-%C3%A0-Budapest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content