Les aiguilles rouges

Dans Ma Romandie un billet écrit par Christine le 22 octobre 2014

 sans titre-38-Modifier

A la volupté sensuelle des courbes du Jura, à  la douceur de ses couleurs automnales illustrées dans mon précédent  billet,  j’ai eu envie d’opposer une autre montagne, plus minérale et rugueuse. Les rondeurs jurassiennes s’effacent devant les sommets pointus des Alpes qui, dans un univers désaturé, nimbés de parures nébuleuses, révèlent toute leur austère majesté.

sans titre-34-Modifier

Le Mont Collon culmine à 3637 m. d’altitude au fond du Val d’Herens/VS

En août dernier, j’ai fait une infidélité au Val d’Anniviers pour passer le week-end dans le Val d’Hérens voisin. Au pied de la Dent-Blanche (4357 m.), cette vallée se déploie entre alpages où paissent des reines belliqueuses en robe noire* et maisons de bois carbonisées par le soleil. Relativement peu courue, elle offre de très nombreuses possibilités d’excursions plus ou moins difficiles dans une nature préservée et des panoramas grandioses.

sans titre-45-Modifier

Comme ce fut malheureusement souvent le cas cet été, la météo ne fut pas vraiment clémente (il faisait surtout très froid en altitude) mais ne nous a pas empêchés de partir à l’assaut des pentes escarpées.  Au programme du 1er jour figurait une “balade” à la cabane des Aiguilles rouges. Oui, j’écris bien balade entre guillemets car  même si je suis plutôt en forme, je dois bien reconnaître que j’en ai bavé pour tenir le rythme imposé par les copains qui m’accompagnaient. Rôdés aux treks et parfaitement entraînés, ils ont dicté dès le départ une cadence soutenue qui a fait battre la chamade à mon pauvre petit coeur.

sans titre-11-Modifier

C’est qu’une petite soupe dans ce refuge de montagne situé à 2821 mètres d’altitude au pied des Aiguilles rouges d’Arolla se mérite. Si le sentier débute plus ou moins tranquillement entre mélèzes et lac bleu, il conduit très rapidement les randonneurs dans un environnement de haute montagne fait de rochers et de caillasse.

  dyptique aiguilles rouges

Mon équipe de montagnards acharnés a mis 2h05 pour avaler les 1000 mètres de dénivelés. Je suis parvenue à la cabane avec 15 minutes de retard sur eux. On dira que c’est parce que je prenais des photos 😉 Il n’en demeure pas moins qu’il valait la peine de lever les yeux du sentier de temps en temps pour admirer l’extraordinaire beauté du paysage. Loin de l’Alpe buccolique toute de pâturages verdoyants et de vaches paisibles, on est projeté dans une ambiance  lunaire,  hostile presque. Ce jour-là, cette atmosphère quasi irréelle étaient renforcée encore par le ciel agité et les nappes de brouillard filtrant une luminosité par moment incroyable. Une aubaine photographique que je m’en serais voulue de laisser passer.

sans titre-29-Modifier

La cabane des Aiguiles rouges a été construite en 1948. Ce sont les parents d’un jeune étudiant en médecine, qui a trouvé la mort lors de l’ascension de l’arrête de Bertol non loin de là, qui l’ont financée avec l’argent qu’ils destinaient initialement à l’installation de son cabinet médical. Le refuge a été édifié dans un endroit jouissant d’une vue impressionnante et où les alpinistes qui voulaient effectuer la traversée des Aiguilles-Rouges pouvaient  se reposer avant de partir à l’attaque de cette course longue et difficile.

*Les vaches d’Hérens, totalement noires, sont dotées d’un tempérament vif et belliqueux. A chaque printemps, lors de la montée à l’alpage, elles luttent entre elles avec acharnement, corne contre corne. Les vaches ne sont pas élevées pour combattre, ces affrontements sont naturels. La plus forte de toutes, la  “reine” marchera pendant l’été en tête du troupeau.

Back to Main Content

37 Responses to “Les aiguilles rouges”

  1. Lannic dit :

    Je vais tout d’abord te remercier d’avoir fait la “balade” et aussi d’avoir lever le nez de temps en temps pour nous rapporter ces quelques photos qui se méritent.
    Bien que le N&B soit relativement peu usité pour ce style de photo, je trouve que le résultat des tiennes est vraiment intéressant.
    J’aime tout particulièrement la seconde compo avec ces nuages qui semblent danser autour du mont Collon et aussi la dernière avec ce refuge (qui mérite parfaitement son nom) perdu au milieu de ces montagnes qui semblent relativement hostiles dans ce monochrome.
    Et enfin merci pour les infos qui accompagnent cette promenade ( si je puis dire ! ) photographique.

    • Christine dit :

      Bonsoir Lannic, l’environnement tellement minéral imposait d’emblée le choix du noir et blanc. Laisser ces images en couleur n’aurait pas apporté grand chose, au contraire je les trouvais nettement plus plates., sauf pour la 2ème et la 4ème. Merci d’apprécier mon effort tant physique que “didactique” ;-). Belle fin de semaine.

  2. AniLouve dit :

    Des paysages bien évidemment fabuleux magnifiquement photographiés. J’aime beaucoup la façon dont tu as fait ressortir les contrastes, la dureté des roches, le vaporeux des brumes. Splendide !

    • Christine dit :

      Finalement ce ciel agité était tout bénéf pour faire des photos. Mais il aurait pu faire un chouilla plus chaud. J’ai regretté de n’avoir pas emmené des gants pour la montée à la cabane. J’avais les doigts tout engourdis de froid. Bon W-e AniLouve.

  3. Céline dit :

    Tes photos sont superbes Christine… quels paysages époustouflants! Le noir et blanc donne vraiment du relief à ces images 🙂

    • Christine dit :

      Comme je l’ai écrit à Lannic, le noir et blanc s’est imposé de lui-même. Une bonne dose de contraste et hop, les reliefs sont dopés. Ceci dit, pas de triche là-dedans, la montagne est vraiment impressionnante là-bas. Merci de ta visite Céline.

  4. Françoise dit :

    De très belles photos. le jeu entre les nuages et la brume est très beau! J’aime beaucoup les photographies du chalet surtout la troisième. On voit bien la sensation lunaire et un peu hostile dont tu parles avec la terre aride et sans végétations.
    De très belles photos comme d’habitude!

    • Christine dit :

      Avec un ciel tout bleu et sans nuages, les images auraient perdu leur côté “dramatique”. Donc finalement oui, la météo m’a réjouie et du moment qu’il ne pleuvait pas, tout était pour le mieux! A bientôt Françoise

  5. Cécile dit :

    Quelles merveilles! Un délice que ces photos, j’aime le noir et blanc qui souligne l’austère beauté de ces lieux et qui rend la présence des nuages encore plus magique! J’aime particulièrement la 3ème, avec sa petite crête blanche lumineuse qui entoure le relief noir, elle est étonnante. Et la dernière où le refuge semble à la fois incongru et tellement bien placé.. Comme toujours un joli texte, avec de belles découvertes et une pointe d’humour, bref: je suis conquise!

    • Christine dit :

      Dans un tel environnement, on se sent tout petit et à la merci des éléments, c’est surtout ce que j’ai voulu montrer avec cette dernière photo. Durant la montée, j’ai beaucoup pensé à ceux qui ont construit ces refuges. Il y en a beaucoup dans les Alpes, souvent construits dans des endroits difficiles d’accès où il fallait monter tous les matériaux de construction à dos d’hommes et de mulets. Finalement l’effort que nous consentons nous pour simplement rallier ces cabanes n’est rien par rapport au leur. Belle fin de semaine Cécile.

  6. Merci pour le partage, parce que nous ne verrons peut-être jamais cet endroit si particulier

  7. Très jolies photos et j’apprécie les N&B ! Merci pour la balade Christine 🙂

  8. Stéphane dit :

    Le noir et blanc va à ravir au premier cliché. Pour les autres, je suis plus réservé. Mais cette première photo vaut à elle seule une petite pause sur ton site. Merci pour la balade.

  9. Ce soir, avant de partir vers les vagues, je fais un tour sur mes blogs photos préférés et voilà ton billet!!!! Un vrai régal, j’ai marché à tes côtés (je ne suis pas certaine d’avoir pu tenir le rythme comme toi d’ailleurs, je suis à la traîne!!!) et j’ai admiré le paysage. Le N&B va PARFAITEMENT.
    T’as bien fait de prendre ton appareil!

    • Christine dit :

      J’aurais bien apprécié d’avoir une copine photographe qui marche au même rythme que moi, je me serais sentie moins seule 😉 Bonnes vacances Chrys.

  10. Isa dit :

    Que c’est beau ! Les 3 premières sont merveilleuses. Ces pics et ces fragments cotonneux qui s’entrelacent, quel délice. Un jour, quelqu’un m’a dit ; les montagnes parlent à ceux qui savent les entendre. Et bien je crois que tu as bien capté le message que ces montagnes t’ont murmuré. Sans compter, l’adresse que tu as eu à les capturer…

    • Christine dit :

      C’est très joliment exprimé, Isa! Je n’ai pas grand mérite, il fallait être sourd pour ne pas entendre tout ce qu’elles avaient à nous dire ce matin-là….

  11. Tes photos révèlent tout le caractères de ces montagnes, c’est incroyable.

    • Christine dit :

      Leur caractère est étroitement lié aux conditions météo. Ce jour-là, elles étaient d’humeur plutôt menaçante mais ces nuages et cette brume les rend tellement plus photogéniques qu’un ciel tout bleu 😉

  12. ronan dit :

    la troisième est terrible, et le noir et blanc magnifie la force minérale de ces paysages bruts.

  13. evelyne dubos dit :

    Très belle série, j’aime ces sommets acérés et cet environnement minéral, un rien austère mais pour moi c’est ça la montagne! 🙂
    Et quel décor pour ce refuge dont l’histoire est touchante. La vue sur la 2 est grandiose!

    • Christine dit :

      Merci Evelyne. Avec l’âge, je prends goût à “faire” ces cabanes comme on dit chez nous. Et nous n’avons que l’embarras du choix. J’espère vous en présenter d’autres l’an prochain…

  14. Ce voyage sur la lune est une merveille, bravo pour ton courage et ta persévérance, c’est un beau cadeau ! Je trouve pour ma part que le noir et blanc est un choix judicieux, surtout quand on lit la fin de l’histoire… Merci à toi, bises. brigitte

    • Christine dit :

      Ce n’était quand même pas l’exploit du siècle mais c’est vrai que j’ai bien transpiré et que j’avais mal aux jambes le lendemain. Le plaisir d’arriver en haut le valait toutefois bien 😉 A bientôt Brigitte.

  15. Anne dit :

    C’est vrai qu’on voit plus souvent du vert et du bleu sur les photos des Alpes, avec une pointe de blanc pour la neige. Une série très dure, mais très réussie!

  16. Polina dit :

    Christine Keller, vous me faites rêver !

  17. La montagne offre des paysages époustouflants … qui se méritent !!! Nous n’en faisons plus et quand je m’imagine à ta place, je me dis que se mettre un peu dans le rouge et avoir mal aux jambes offre une récompense immense et me donne des envies de m’y remettre (nous qui habitons au pied des Pyrénées, il ne nous manque que le temps) ! Bravo pour ces photos Christine.

  18. […] mes amis, férus de haute montagne, nous avons mis 1h45. J’ai le chic pour tomber sur des athlètes super-entraînés! J’arrive au but le coeur un peu en chamade. La pente, même si elle n’est pas […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content