Ombre et lumière en Sicile

Dans Petites virées un billet écrit par Christine le 10 septembre 2014

sans titre-128-2-Modifier

A la mi-juillet dernier, partie en dernière minute pour éviter que mes vacances ne se noient dans une Suisse romande qui prenait l’eau, j’arpentais les rues de Syracuse en savourant à leur  juste valeur chaleur bienfaisante et lumière. Mon appareil photo en bandoulière, l’oeil à l’affut, je cherchais un bon sujet à me mettre sous le capteur. La pratique de la photographie lorsqu’elle est solitaire n’excluant pas une certaine forme de cogitation, je laissais mes pensées vagabonder. J’aime le soleil pour être à l’ombre, m’avait-elle dit en riant lors d’une balade sous la pluie peu avant mon départ. Je souriais en repensant aux mots ironiques de mon amie, lorsqu’apparut à l’orée d’une ruelle, une silhouette masculine toute auréolée de la lumière rasante de fin d’après-midi. Elle avançait lentement comme savent le faire les gens du sud qui ont tout le temps, projetant devant elle une ombre longue comme le jour qui s’étire. Le sol, douché par des milliers de particules ambrées, révélait toute le graphisme de sa structure.  Je réalisais tout à coup que je tenais mon sujet photographique, qu’il ne résidait non pas dans la grandeur d’un monument ou l’exotisme d’une scène  mais dans une alchimie beaucoup plus subtile. Je me rendis compte que moi  j’aimais le soleil parce qu’il me permettait de photographier l’ombre.

Diptyque porte

Ce constat a guidé mon objectif  tout au long de la semaine passée en Sicile. M’intéresser aux jeux d’ombres et de lumière m’a permis d’échapper à la littéralité des choses, à leur côté carte postale. C’est la lumière qui a dirigé mon regard plus que l’objet lui-même. Dans cette terre antique, elle m’a révélé des textures, a modelé des formes et m’a permis de découvrir une beauté à laquelle je n’aurais pas forcément prêté attention.

sans titre-48

Ayant  aussi dans l’idée de continuer la série commencée au printemps 2013 lors d’un week-end prolongé dans la région de Ragusa, j’ai opté pour le format carré et un traitement sépia pour conférer à mes images chaleur et intemporalité. Dans la foulée, j’ai retravaillé mes premiers clichés par souci de cohérence avec les photos les plus récentes, en tenant compte également des remarques qui avaient été formulées alors tant sur le vignettage flouté que sur la tonalité un peu trop bleutée de certaines d’entre elles.

 Diptyque eglise1

 Je n’ai pas envie de mettre d’avantage de mots sur cette série et vous laisse  vous plonger dans ces fragments d’ambiance sicilienne en savourant une gelato ou pourquoi pas un verre de  Marsala et des grissini, en espérant que vous serez gagnés par la douce indolence de l’Italie baroque.

sans titre-15

Ces photos ont été prises à Syracuse et  à Catane.

sans titre-12-2-Modifier

sans titre-9-2-Modifier-Modifier

sans titre-288-Modifier

sans titre-293-Modifier-Modifier

Back to Main Content

46 Responses to “Ombre et lumière en Sicile”

  1. verO dit :

    Celle des chats … ma préférée !
    Bravo
    Belle série.
    verO

    • Christine dit :

      Connaissant ton amour des félins, ta préférence ne m’étonne pas 😉 Ces chats-là n’ont pas la vie facile. Ils survivent grâce à une femme travaillant pour la protection des animaux qui vient les nourrir chaque matin à l’aube mais ils prolifèrent beaucoup trop et la municipalité ne fait rien pour endiguer le phénomène. Merci de ta visite VerO et à bientôt

  2. AniLouve dit :

    Il y a dans le lot plusieurs petits bijoux, que je savoure.

  3. Isa dit :

    C’est beau ! Celle du chat est également ma préférée ….

  4. Cécile dit :

    Bonjour Christine,
    ce billet me touche et m’interpelle d’autant plus, que j’ai failli en faire un dans ce sens après mon passage chez mes parents dans le Sud, en février. En effet, arrivé dans la région d’Aix-Marseille, ce qui m’a tout de suite interpellée, c’est la présence de l’ombre, des ombres. J’ai pris des photos qui en parlent, et puis jusqu’alors j’ai retardé ce billet qui a subi dans ma tête différentes transformations. Et en te lisant, je me disais que ça serait amusant de finir par faire mon billet bientôt, en clin d’oeil au tien, car je l’avais imaginé avec des images assez différentes.

    J’ai été très touchée par plusieurs de tes images: les chats, qui m’évoquent bien l’Italie, et Rome particulièrement; celle de la femme et du fil à linge aussi, c’est tellement le Sud; j’aime beaucoup aussi la statue et ses “voisins”, malgré peut être un petit peu trop de contraste, entre les zones de noir et celles des blancs mais je reconnais là sans nul doute toute la problématique de la lumière du Sud. 😉

    • Christine dit :

      Mais oui, j’aimerais beaucoup que tu nous montres ton interprétation de l’ombre. La photo de la statue de Mazzini était effectivement très contrastée au départ. J’ai du passablement déboucher les ombres pour que l’on remarque les deux amoureux derrière elle. Elle n’est techniquement pas top mais je trouvais la similitude entre l’attitude de la jeune femme et celle du révolutionnaire italien amusante. Merci Cécile pour ce long commentaire.

  5. Lannic dit :

    Généralement je ne suis trop fan du sépia mais je dois avouer que ta série fait partie des rares exceptions à cette règle.
    L’ensemble est plaisant mais j’ai quand même un petit faible pour celle de la femme au balcon, celle de la silhouette dans l’église ( ? ) et enfin celle du chat qui fait son stretching..

    • Christine dit :

      ça fait toujours plaisir de lire que l’on a réussi à faire apprécier ce qui en principe ne plaît pas trop:-) Merci Lannic. La silhouette a bien été prise dans une église.

  6. Bonjour, de très belles photos, j’aime beaucoup celle là où la dame étends son linge, bonne journée !

  7. Bonjour, la “Suisse”.
    Belle série.
    La photo des chats, j’aime beaucoup.
    En voyant celle de la femme à la fenêtre à la corde à linge,. je me demandais si tu avais pensé cadrer pour ne pas voir l’ombre.

    • Christine dit :

      Coucou la Belle Province, comme je l’explique dans mon billet, je traquais les ombres. C’est donc l’ombre du linge suspendu qui a attiré mon attention et qui était le sujet principal de ma photo. J’ai eu la chance que la femme apparaisse au moment où je cadrais. J’ai juste eu le temps de déclencher avant qu’elle se retire à la hâte voyant que je braquais mon objectif sur sa fenêtre. Belle fin de semaine à toi.

  8. Bonjour très chère cop’s !

    Héhéhé, je crois bien que je me reconnais dans tes pensées … et j’en suis très touchée 🙂

    Il y a quelques photos qui m’interpellent et notamment les diptyques. J’avoue que j’ai un peu de mal à cerner ce qui t’as fait rapprocher ces photos entre elles. Tu pourrais m’expliquer ?

    Sur l’ensemble de la série, j’ai plus l’impression que tu as cherché à saisir les contrastes intenses et notamment les contre-jour plus que les ombres. je me trompe ?

    Si je devais choisir mon coup de coeur, je crois que ça serait celle avec le monsieur assis en arrière plan d’une racine d’arbre où justement … il y a un coeur 🙂 Mais cette photo n’est ni une photo d’ombre, ni une photo en contre-jour … du coup, je suis un peu déstabilisée concernant la cohérence de la série. Tu comprends ce que je veux dire ?

    • Christine dit :

      Buon giorno Cara,, je constate que tu es toujours aussi attentive dans ta lecture des images et pointue dans tes observations. Les diptyques n’en sont pas vraiment. J’ai plutôt assemblé ces images pour rompre le rythme de la présentation. Je ne l’ai toutefois pas fait totalement au hasard mais plutôt au feeling. Pour le 1er, les deux photos évoquent une rue, un heurtoir, une porte qui s’ouvre… Pour le second, à l’accablement qui semble s’abattre sur cet homme statue, j’ai voulu joindre l’espoir que peut représenter une église et l’oiseau qui la survole. Pour le reste, tu n’as pas tout tort, mais l’essentiel reste quand même pour moi de montrer la Sicile sous un angle un peu différent de la carte postale traditionnelle et de compléter ma 1ère série sur cette région. A bientôt

  9. Titane333 dit :

    Un très très beau sujet, merci pour ce partage d’inspiration 🙂

  10. J’aime beaucoup la 1ère et notamment l’ombre dans la lumière du sol et la lumière de l’homme dans l’ombre du mur des maisons..
    Par contre je trouve que le diptyque qui la suit, a moins d’impact et de force: peut-être les ombres justement sue le lion qui rendent l’image brouillonne.
    La 5ème est également intéressante car elle conduit le regard avec de belles lignes!!!!
    BRAVO pour l’homme assis sur le banc et l’arbre en premier plan!!! Vraiment bien vu!
    La suivante, il y a un jeu de pose en écho, c’est sympa.
    Je trouve que la dernière n’est pas à la hauteur des autres images.

    BON WEEKEND à toi

    • Christine dit :

      Merci Chrys de partager ici ton opinion. Il n’est jamais simple de proposer une série de photos qui présentent toute le même potentiel de force. Pour une expo, le choix serait beaucoup plus drastique effectivement mais je trouvais intéresseant de partager avec vous ici ces petits “morceaux” d’ambiances urbaines siciliennes.. Bonne semaine.

  11. Un sujet brillamment exécuté ! Ma préférence va à la première de ta série. L’originelle 🙂
    Mais j’aime aussi beaucoup le linge et sa dame, l’église et les chats.

  12. Belles photos d’art loin des cartes postales habituelles. Nos souvenirs de Syracuse sont plus “carte postale” pour touristes comme ce mariage dans la cathédrale, ancien temple de Minerve aux imposantes colonnes, les sablés aux amandes d’Avola ou les granite di limone.

    • Christine dit :

      Tout comme vous, je garde également de savoureux souvenirs gustatifs de mon séjour en Sicile. La caponata (sorte de ratatouille sicilienne) m’a tout particulièrement séduite, et les pâtes bien évidemment….

  13. Marie dit :

    Bonsoir Christine !
    J’avais beaucoup aimé l’ambiance de tes premières photos de l’an dernier, je retrouve un peu la même chose sur celles-ci … cette douce nonchalance. Mais on voit bien que ta démarche est un peu différente, avec un travail subtil sur les contrastes. Bravo pour ces belles images qui transportent 😉

    • Christine dit :

      Bonjour Marie, effectivement la démarche est un peu différente. Cette série est complètement urbaine alors que la première était champêtre, bucolique mais il me semble qu’elles sont complémentaires non seulement du fait du traitement (j’ai retravaillé la 1ère série est par conséquent différente de celle que j’ai publiée l’an dernier) et du format semblables mais également par l’ambiance qui s’en dégage.. Je suis heureuse qu’elles t’aient apporté un peu d’évasion. A bientôt.

  14. ronan dit :

    ça sent la sieste et la farniente,, trop de chaleur pour bouger.
    bon, ça n’est pas vraiment le cas en vérité aujourd’hui par chez moi, mais tes photos le rende bien. De très beaux contrastes et jeux d’ombres.
    Et ces racines… je suis fasciné par ces racines là.

    • Christine dit :

      La chaleur et la douce torpeur sicilienne me semblent bien loin aujourd’hui aussi.. J”ai déjà remarqué chez toi que la terre, les arbres, et les liens qu’ils nouent sont des thèmes qui te sont chers. J’aurais bien aimé voir comment toi tu aurais photographié ces énormes racines …

  15. Anne dit :

    Je n’aime pas trop les chats et les milliards de photos qu’on fait d’eux. Mais celle-là est parfaite!
    J’aime beaucoup le monsieur qui marche, et le linge qui sèche. Encore une belle série!

    • Christine dit :

      Plus que le chat c’est la posture que j’ai aimée, avec ses congénères en arrière-plan. Des chiens ou des lapins auraient tout aussi bien pu faire l’affaire mais c’est tout ce que j’ai pu trouver dans les rues de Syracuse au petit matin 😉 Merci de ta visite Anne.

  16. Christiane dit :

    C’est magnifique. Tu as tellement mûri artistiquement depuis que je te connais! Incroyable. Bravissima!

  17. Pancho dit :

    Jolie cette série chaleureuse, j’aime le jeu entre ombre et lumière
    Excellente celle du chat, bonne soirée

  18. haude dit :

    oups! mauvaise manœuvre…. à supprimer mon com du dessus
    On s’éloigne de la carte postale et c’est cela qui me plaît dans ce billet.
    J’ai l’impression d’être avec toi dans ces rues sombres, à la recherche de graphisme et de jeux de lumière.
    bonne fin de semaine, @ bientôt

  19. Polina dit :

    Une alchimie toute particulière se dégage de ces photos… très ésotérique !

  20. evelyne dubos dit :

    Très belle recherche et une série très réussie. Préférence pour celle du chat, du linge qui sèche et du Mr encadré par les racines impressionnantes.
    Bon we, bises de retour!

  21. Gine dit :

    Une traduction parfaite de la dolce vita….

  22. Véro dit :

    Bonsoir Christine,
    De très belle images une fois de plus. Comme les autres, j’ai quelques préférences : la première, celle des chats (les deux ont des pavés qui captent bien la lumière et donne un effet de profondeur), et celle de la lessive. Le côté “enjoué” de la dame est parfait ! 😀

  23. Pastelle dit :

    De belles recherches toujours. Mes préférées dans ton thème sont la première et celle du linge qui sèche. Puis l’homme sur le banc entre les racines.

  24. Olivier dit :

    Il y a vraiment des superbes photos dans cette série que je découvre. Le jeu avec la lumière et les ombres est génial. Le traitement sepia ou apparenté s’accorde magnifiquement avec cette série sur l’Italie. Franchement, c’est une belle ambiance et de belles photos. J’ai une préférence pour la première photo de l’article, celle de l’homme qui marche dans la rue, une part d’ombre et de lumière. Bon, je avis m’arrêter là sinon je vais encore répéter que c’est une superbe série., une superbe ambiance, de belles photos … j’en ai peut-être oublié non ? 🙂

  25. Quelle belle série de photos ! Le traitement sépia rend l’atmosphère encore plus chaude, voire inquiétante, c’est très beau. Mention spéciale pour la photo des chats … une fois de plus, je suis admirative !

  26. Aurore dit :

    J’aime++++ la première et celle au balcon, superbe aussi !

  27. […] septembre, j’ai envie de répondre au billet de Christine https://regardevoir.net/ombre-et-lumiere-en-sicile/, car j’aime les ombres du Sud où j’ai vécu 10 ans: c’est un des aspects qui […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Please fix your errors.

Partagez

Back to Main Content